Une fois que les bagages des passagers ont atteint la zone de tri des bagages, le tracteur à bagages autonome intervient. © Aanbetta, Adobe Stock

Tech

Air France teste des véhicules autonomes pour transporter les bagages

ActualitéClassé sous :voiture , véhicule autonome , Air France

Sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac, Air France-KLM est la première compagnie à tester des tracteurs autonomes pour transporter les bagages. Si l'expérience est concluante, leur commercialisation devrait intervenir courant 2020.

Après les véhicules autonomes et les avions autonomes, il était logique que débarquent les véhicules autonomes pour les pistes d'avion. C'est Air France-KLM qui teste actuellement le premier tracteur à bagages autonome, et c'est une première mondiale.

Filiale de Charlatte Manutention et Navya, Charlatte Autonom expérimente ce véhicule avec Air France sur l'aéroport de Toulouse, et l'objectif commun est une commercialisation au second semestre 2020. Son petit nom ? Autonom Tract AT135, et il est le fruit de 18 mois de recherche et de développement.

Le test dans des conditions réelles a lieu sur l'aéroport de Toulouse-Blagnac. © Air France

Il ne peut pas aller jusqu'aux avions...

Comme tout bon véhicule autonome qui se respecte, ce tracteur intègre de nombreux capteurs avec un lidar, des caméras, un GPS, et après que le bagagiste lui a donné son trajet sur l'aéroport, le tracteur se faufile sur la piste entre les avions pour apporter les bagages, ou à l'inverse, les transporter jusqu'à la zone de tri. Grâce aux capteurs, ce véhicule électrique évite les obstacles, et il lui faut d'ailleurs avoir des yeux dans le dos lorsqu'il s'agit s'effectuer des marches arrière. Sans oublier bien sûr, la prise en compte de la signalisation, mais aussi les zones de parking évolutives. Au dernier moment, un avion peut ainsi changer de stationnement. Côté performances, il peut atteindre les 24 km/h et tirer jusqu'à 25 tonnes.

Précision importante : le mode Avion le concerne aussi, et lorsqu'il s'approche des engins, ses capteurs ne fonctionnent plus pour ne pas entrer en conflit avec les outils de commande des appareils, et c'est donc un agent de contrôle qui est chargé de le conduire jusqu'à la soute. Ensuite, le véhicule effectue le même chemin inverse, de manière autonome.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !