Une simple mise à jour logicielle pourrait permettre d'améliorer la portée du Wi-Fi. © Sikov, Fotolia

Tech

Wi-Fi : une portée augmentée de 60 mètres avec une mise à jour logicielle

ActualitéClassé sous :technologie , Wi-Fi , Wi-Fi 802.11b/g/n

Avec cette invention, plus besoin de répéteur pour augmenter la portée de son Wi-Fi, ni de changer de matériel. Attention toutefois, ce sera d'abord réservé aux appareils connectés qui échangent peu de données...

Des chercheurs de l'université Brigham Young aux États-Unis viennent de mettre au point un nouveau protocole, baptisé On-Off Noise Power Communication ou ONPC, qui pourrait augmenter la portée des réseaux Wi-Fi de plus de 60 mètres. Cette avancée technologique ne nécessite aucun nouveau matériel et pourrait être ajoutée sur tout appareil et borne Wi-Fi par simple mise à jour logicielle.

Actuellement, les réseaux nécessitent un débit d'au moins un mégabit par seconde (1 Mbps) pour maintenir la connexion et transmettre des données. Le protocole ONPC baisse cette limite à un seul bit par seconde. Un appareil trop loin pour transmettre de manière classique envoie des données sous forme de bruit que la borne parvient à distinguer des autres signaux. Elle reconnaît alors que l'appareil tente de communiquer.

Un protocole pour les objets connectés

Quel est l'intérêt d'un tel système ? Le protocole ONPC ne cherche clairement pas à améliorer la portée des smartphones et PC portables. Il s'adresse plutôt à certains types d'objets connectés dont la présence seule constitue une donnée, comme les capteurs de portes de garage ou les détecteurs de mouvements. La tentative de connexion révèle ainsi qu'un évènement s'est produit nécessitant une transmission de données, ce qui peut suffire pour ce genre d'appareils.

Cette technologie viendrait en complément d'autres technologies sans fil. « Nous pouvons envoyer et recevoir des données indépendamment de l'activité actuelle du Wi-Fi. Il suffit d'avoir la capacité de transmettre de l'énergie et recevoir les mesures du bruit », a indiqué Phil Lundrigan, l'un des chercheurs. « Nous pourrions également appliquer ce protocole aux réseaux mobiles ou Bluetooth. »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi