Il sera peut-être un jour possible de trouver du Wi-Fi en rase campagne en cherchant le mouton le plus proche ! En effet, une expérimentation conduite au Royaume-Uni par l’université de Lancaster prévoit d’équiper des troupeaux de moutons de colliers électroniques Wi-Fi qui pourraient se transformer en autant de points d’accès Internet.
Cela vous intéressera aussi

Après les ballons dirigeables, les drones militaires ou à énergie solaire, les troupeaux de moutons vont peut-être aussi servir à créer des points d'accès Wi-FiWi-Fi. L'idée on ne peut plus sérieuse est portée par le professeur Gordon Blair de l’université de Lancaster (Royaume-Uni). Elle s'inscrit dans un projet plus vaste qui consiste à explorer les possibilités qu'offrirait l'internet des objetsinternet des objets à l'environnement rural. Cela pourrait notamment permettre d'éviter certains problèmes de pollution agricole, de sécheressesécheresse, d'inondationinondation mais aussi de suivre les bêtes d'élevage.

Grâce à une bourse d'un peu plus de 171.000 livres sterling (environ 217.000 euros au cours actuel), le professeur Blair et son équipe vont ainsi mener une expérimentation de 18 mois dans le comté de Conwy qui se situe dans le nord du pays de GallesGalles. Elle a commencé début décembre avec le déploiement d'un réseau de capteurscapteurs installés sur le bord des rivières. Ceux-ci sont associés à des moniteursmoniteurs de précipitationsprécipitations afin de prévenir le risque de pollution ou d'inondation.

Par ailleurs, des troupeaux de moutons vont être progressivement équipés de colliers électroniques afin de pouvoir suivre leurs déplacements et mieux comprendre leurs habitudes et leurs besoins. Mais ces colliers pourront aussi servir à créer autant de point d'accès Wi-Fi qu'il y a de bêtes équipées.

Lors du Tour de France cycliste 2014 qui s’est élancé depuis le Royaume-Uni, cinq moutons ont été équipés de mini caméscopes pour filmer le passage du peloton. © Sony

Lors du Tour de France cycliste 2014 qui s’est élancé depuis le Royaume-Uni, cinq moutons ont été équipés de mini caméscopes pour filmer le passage du peloton. © Sony

Des « sheepcams » pour le Tour de France

Ces colliers émettent sur des fréquencesfréquences comprises entre 900 et 144 MHz pour la transmission des données et leur portée est de cinq kilomètres. Voilà qui pourrait contribuer à améliorer ou à créer des accès InternetInternet dans des zones rurales isolées. Mais avant d'envisager une quelconque applicationapplication grand public, la vocation du projet du professeur Blair est avant tout scientifique. « La campagne fait face à des défis spécifiques tels que les changements environnementaux ou les catastrophes naturellescatastrophes naturelles. Les possibilités de l'Internet des objets appliqué à ce domaine sont illimitées », explique-t-il.

Le Royaume-Uni n'en est pas à son coup d'essai pour ce qui est d'associer les nouvelles technologies aux animaux de ferme. L'été dernier, cinq moutons ont été équipés de mini caméscopes Sony contrôlés à distance par leur berger Ian Hammond. Ces « sheepcams » (sheep signifiant mouton en anglais) ont servi à filmer le passage du peloton lors de l'étape du Tour de France cycliste qui a traversé la ville d'Harrogate dans le Yorkshire. D'aucuns trouveront l'idée originale ou stupide, c'est selon...