Les indiens Hualapai, de Peach Springs en Arizona, on fait construire au bord du Grand Canyon une passerelle en verre de 43 mètres de long dont 22 surplombent 1220 mètres de vide, fournissant aux amateurs insensibles au vertige une vue imprenable sur le fleuve Colorado.
Cela vous intéressera aussi

Si les Indiens percevront bien 25 $ par visite, leur but n'est pas que mercantile. Les Hualapai expliquent qu'ayant vécu 1400 ans en harmonie avec le fleuve Colorado et les falaises abruptes du canyon, leur devoir est de faire partager cet endroit à la fois très spirituel et puissant par tout le monde.

Cette passerellepasserelle, nommée le Skywalk (Pont dans le Ciel), est construite en forme de ferfer à cheval et est accrochée à Eagle Point, un endroit chargé d'Histoire. Selon la légende indienne, c'est là qu'un garçon s'est transformé en aigle et a pris son envol.

La conception, particulièrement audacieuse, est un chef-d'œuvre de technologie et d'architecture. En complet porte-à-faux, elle est conçue pour recevoir 120 personnes à la fois et résister à des ventsvents de 160 km/heure, mais aussi à un séismeséisme de magnitudemagnitude 8. L'inauguration au public est prévue pour le 28 mars 2007.

En attendant, le Skywalk a déjà été inauguré, et cela par un personnage qui rend parfaitement honneur à son appellation, puisqu'il s'agit de l'astronauteastronaute américain Buzz AldrinBuzz Aldrin, membre de l'équipage historique d'Apollo 11Apollo 11 et deuxième homme à avoir marché sur la LuneLune.

"Je me suis vraiment très bien senti", a déclaré l'astronaute aujourd'hui âgé de 77 ans, après avoir arpenté le pont transparenttransparent en compagnie des membres de la tribu Hualapai. "Ce n'était pas vraiment comme flotter dans l'airair ou marcher dans l'espace, mais ça a été formidable".

Cette massemasse de quelque 500 tonnes est construite en verre feuilleté renforcé et est soutenue par des attaches en acieracier enfoncées à plus de 14 mètres dans le roc. Des amortisseurs géants suppriment les vibrationsvibrations provoquées par les déplacements des visiteurs, annoncent les architectes.

Toutefois, certains membres de la tribu n'approuvent pas cette réalisation, qui selon eux "désacralise" la terreterre de leurs ancêtres. "Je pense sincèrement que la majorité des Hualapai y sont opposés", déclare Don Havatone, un guide touristique. "Il s'agit d'une terre sacrée pour nous et nous la dérangeons. Mais d'un autre côté, je pense que les gens finiront par l'accepter s'ils voient que nos enfants peuvent bénéficier du tourisme, car notre peuple souffre de la pauvreté et du chômage depuis des années. Je ne crois pas qu'on puisse nous critiquer pour vouloir que cela change", ajoute-t-il.

Les écologistes se sont également élevés contre cette constructionconstruction qui, selon eux, dénature l'un des plus beaux paysages naturels au monde, comme Kieran Suckling, un des membres du Centre pour la BiodiversitéBiodiversité. "La Tour Eiffel est une merveille architecturale", déclare-t-il devant les caméras de la CNN, "mais est-ce que je veux une Tour Eiffel au bord du Grand Canyon ? Non".