Le P2P sur la voie de la normalisation ? Sous la pression de la RIAA et de la commission judiciaire du Sénat américain, la société MetaMachine, éditrice de eDonkey, a décidé d'arrêter le développement de sa plate-forme peer-to-peer. "Ces logiciels (P2P) violent la loi fédérale sur le copyright" explique la justice américaine, qui a également en ligne de mire d'autres plates-formes comme BearShare, LimeWire, Grokster et WinMX.
Cela vous intéressera aussi

Cette décision pourrait donc signer la mort des éditeurs américains de plates-formes ou de logicielslogiciels peer-to-peer et entraîner un développement du P2P offshoreoffshore et opensourceopensource, loin des lois et des juges américains.

Cette décision n'a en tout cas pas effrayé des investisseurs de Doll Capital Management d'investir 8.75 millions d'euros dans BitTorrent. La société pourrait en effet proposer une version commerciale de ses torrentstorrents aux médias souhaitant réduire les coûts de distribution de leurs contenus audiovisuels (comme Kontiki, 1-Clik Media ou Djingle...).

Malgré la pressionpression de l'industrie du disque ou de la justice, le P2PP2P reste en tout cas toujours aussi populaire. Selon une étude de la société Sanvine, spécialisée dans le monitoring des réseaux, le peer-représenterait près de 85% du volumevolume d'uploadupload des fournisseurs d'accès à internetinternet et environ 60% de toute la bande passantebande passante !