Selon une étude de la société Sanvine, spécialisée dans le monitoring des réseaux, le peer-to-peer reste toujours aussi populaire parmi les internautes et représenterait près de 85% du volume d'upload des fournisseurs d'accès à internet et environ 60% de toute la bande passante !
Cela vous intéressera aussi

"Le trafic P2PP2P est là pour rester", déclare Chris Colman, directeur marketing et ventes EMEA de Sandvine. "Le partage de fichier est une applicationapplication rentable auprès des utilisateurs. Les fournisseurs d'accès à InternetInternet (FAI) doivent avoir la visibilité de ces applications populaires auprès de leurs clients afin de réduire la congestion du réseau et assurer à leurs abonnés un service de qualité ".

Grâce à ses solutions d'analyse des réseaux, installées chez les fournisseurs d'accès, Sandvine a déterminé que près de 50 % de la bande passantebande passante montante et descendante P2P en France et en Allemagne sont accaparés par eDonkeyeDonkey qui est donc la plate-forme d'échange préférée des européens. Arrive ensuite BitTorrentBitTorrent avec 26 % du trafic, le reste du marché étant réparti entre Gnutella, FastTrack, WinMX et Direct Connect avec moins de 10 % chacun.

En France, eDonkey s'approprie pas moins de 80 % des données transférées, devançant FastTrack (10,3 %) et Gnutella (3,5) %. BitTorrent n'arrive qu'en quatrième position avec 3,2 %. En Allemagne, eDonkey est également premier avec 72 % des données transférées suivi de BitTorrent (16,3 %) et de WinMX (3,1 %).

Loin d'avoir découragé les internautes, les actions des pouvoirs publics contre le téléchargement illégal semblent simplement les avoir poussé vers de nouveaux logicielslogiciels, plus décentralisés et plus difficiles à bloquer. En attendant de nouvelles lois ou une éventuelle surfacturation de l'uploadupload, les maisons de disque misent désormais sur le téléphone mobile, un média où le P2P n'existe pas ... pour le moment.