Tech

Google va proposer un service Wifi gratuit à San Francisco

ActualitéClassé sous :Tech , Google , WiFi

-

Il y a de cela plusieurs mois, l'administration de San Francisco avait fait savoir qu'elle souhaitait doter sa ville d'une couverture Wifi globale. Après avoir étudié les propositions de six entreprises, elle a finalement retenu Google et le fournisseur d'accès EarthLink. Le premier proposera une connexion gratuite, avec un débit limité à 300 Kbps, tandis que le second mettra à disposition des habitants et des entreprises un débit nettement plus élevé, mais payant.

Google et EarthLink ont été choisis par San Francisco pour développer une couverture Wifi sur la ville (Crédits : Christophe Olry/Futura-Sciences/Google Inc)

En réponse à l'appel d'offres de la ville de San Francisco, concernant l'implantation d'un réseau Wifi, six entreprises avaient soumis leurs candidatures. Finalement, ce sont Google et EarthLink qui ont obtenu le marché : « Nous nous réjouissons que la ville ait accepté notre offre. ...Nous somme heureux de pouvoir proposer un Wifi gratuit aux résidents de San Francisco » a déclaré Google dans un communiqué. De leurs côtés, ce sont Motorola et Tropos Network qui ont été désignés pour assurer la prestation technique du projet.

EarthLink, le fournisseur d'accès déjà choisi pour établir un réseau Wifi dans les villes de Philadelphie et Milpitas, devrait proposer des connexions à 1 Mbps, moyennant le versement de 20 dollars par mois. Elles s'adresseront tant aux particuliers qu'aux entreprises.

Google, quant à lui, va mettre à disposition des habitants un service gratuit, mais limité à 300 Kbps. D'après l'agence Reuters, l'entreprise aurait prévu de financer ce service grâce à la publicité. Cette annonce confirmerait les rumeurs qui couraient depuis plusieurs mois à ce sujet, et qui s'étaient vues renforcées dernièrement par l'obtention de trois brevets  liés à l'affichage de publicités à l'approche de bornes Wifi.

L'annonce du choix de Google et d'EarthLink comme prestataires n'a pas fait que des heureux. L'Electronic Frontier Foundation et l'Electronic Privacy Information Center sont notamment montés au créneau, en publiant mardi dernier un rapport affirmant que ce choix est celui qui menace le plus le respect et la protection de la vie privée. Chris Vein, directeur exécutif du Département des Télécommunications de San Francisco s'est montré rassurant, en déclarant que la sécurité et la protection de la vie privée étaient les principales priorités de l'administration dans ce dossier Wifi, et que les débats avec Google et EarthLink à ce sujet ne faisaient que commencer.

En tous cas, les résidents de San Francisco ne pourront pas jouir de ce réseau Wifi avant six ou huit mois. De quoi laisser le temps à la ville de mettre d'accord les deux prestataires...

Cela vous intéressera aussi