La capacité à naviguer dans son environnement dépend-elle de l’espèce, ou est-elle universelle ? Cette question a conduit une équipe de chercheurs à réaliser une expérience, de prime abord farfelue, où ils tentent d’apprendre à des poissons à conduire un véhicule.

Cela vous intéressera aussi

Ce n'est pas tous les jours que l'on voit un poisson conduire un véhicule, et pourtant... Rassurez-vous, les poissonspoissons ne vont pas envahir nos rues et nous n'avons pas affaire à des scientifiques fous. Même si l'idée semble tout droit sortie d'un mauvais film de science-fiction, les chercheurs de l’université Ben Gourion du Néguev sont tout à fait sérieux.

Leur recherche, publiée dans la revue Behavioural Brain Research, tente de répondre à une question bien précise : les mécanismes qui sous-tendent la navigation des animaux, dépendent-ils de l'espèceespèce et de l'environnement, ou sont-ils universaux ? Pour cela, ils ont décidé de pousser l'idée à l'extrême en voyant si les poissons sont capables de naviguer sur la terre ferme.

 

Après quelques jours d’entraînement, les poissons sont capables de diriger le véhicule vers la cible pour obtenir leur récompense. © Ben-Gurion University

Un dispositif pour tester leur capacité à naviguer sur la terre ferme

Le véhicule est un simple aquarium posé sur une plateforme motorisée équipée d'une caméra et du LidarLidar. Lorsque le poisson nage vers un côté de l'aquarium, l'appareil se déplace dans cette direction. Ils ont ensuite été libres d'explorer leur environnement et ont reçu une récompense en atteignant une cible bien identifiée. Ils ont testé six poissons différents, et au bout de quelques jours les poissons ont compris le système.

Les poissons sont capables d'atteindre rapidement la cible, de contourner les obstacles et même d'éviter les fausses cibles. D'après les chercheurs, cela montre que les poissons ont réussi à transférer leur représentation de l'espace et leurs compétences en navigation à un environnement très différent de celui dans lequel ils ont évolué. Au moins certains mécanismes de la navigation seraient donc universaux, indépendamment de l'espèce.