À l’origine marque déposée par Sony, le « Walkman » s’est rapidement imposé dans le langage courant pour désigner les baladeurs à cassette qui ont révolutionné l’écoute de musique nomade au début des années 1980.

Cela vous intéressera aussi

C'est le 1er juillet 1979 que Sony a commercialisé le TPS-L2, d'abord au Japon, son tout premier « Walkman ». Il s'agissait alors du premier lecteur de cassette audio compacte et nomade, permettant de profiter en solo de sa musique grâce à un casque directement branché dessus. Une révolution pour l'époque, qui va vite gagner le monde entier.

Au fil du temps, certains appareils disposeront d'une double prise jack, pourront lire les cassettes dans les deux sens (autoreverse) ou bien encore permettront d'enregistrer du son. Les WM-D6C et WM-DD9 seront ainsi parmi les plus vendus dans les années 1980, prisés aujourd'hui des collectionneurs. Le Walkman tombe ensuite peu à peu en désuétude jusqu'à disparaître au début du XXIe siècle totalement dépassé par l'arrivée des baladeurs MP3 et surtout de l'iPodiPod. Ce n'est toutefois qu'en 2010 que Sony cesse définitivement la production du Walkman à cassette. Depuis, la marque Walkman est toujours commercialisée par Sony, sous la forme cette fois de baladeurs audio haute-fidélité.

La boîte du premier « Walkman » commercialisé par Sony. © Sony
La boîte du premier « Walkman » commercialisé par Sony. © Sony

Sony également précurseur avec le « Discman »

À noter que Sony sera aussi précurseur en matièrematière de baladeurs CDCD, avec un premier modèle, le D-50, sorti dès 1984. Il sera alors question de « Discman », mais le phénomène ne sera jamais comparable à celui du Walkman.

Dans la foulée de Sony, d'autres marques parmi lesquelles les Japonais Panasonic et Toshiba lanceront également leurs propres baladeurs. À la base nom déposé, le Walkman devient rapidement un nom générique pour désigner les baladeurs à cassette.

Toutes versions confondues, il se serait vendu un peu plus de 220 millions de Walkman dans le monde.