Tech

Diaspora : comme Facebook, mais en logiciel libre

ActualitéClassé sous :Internet , informatique , projet Diaspora

Les membres du projet Diaspora, nouveau réseau social qui se présente comme une alternative à Facebook, ont publié le code source de leur création ainsi que les premières images de l'interface. Diaspora devrait être ouvert au grand public dans les prochains mois.

Un album d'images sur le futur Diaspora (capture fournie par l'équipe des développeurs). © Joindiaspora.com

Imaginé et conçu par quatre étudiants américains à New York, Diaspora est une réaction à Facebook. Les quatre collègues ont l'ambition de proposer aux internautes un réseau social moins intrusif et plus respectueux de la vie privée que le célèbre site aux 500 millions d'amis.

Après l'ouverture du blog du projet Diaspora, l'équipe a publié le code source de ce site qui permettra aux développeurs qui le souhaitent de participer au projet. Une première version expérimentale, alpha, sera lancée en octobre.

Une présentation plus sobre que Facebook pour des principes identiques, avec en prime l'esprit du logiciel libre : c'est Diaspora, qui se veut plus respectueux de la vie privée. Mais peu après la diffusion du code source, des spécialistes ont déniché de grosses failles de sécurité, qu'ils ont obligeamment signalées aux créateurs. © Joindiaspora.com

Soutenu par le créateur de Facebook ?

D'après les premières images dévoilées par les quatre étudiants, Diaspora présente une certaine ressemblance avec Facebook, mais dans un style beaucoup plus épuré. Le principe est le même : disposer de sa propre page avec un « mur » central pour les commentaires de ses contacts, d'une galerie de photos à partager et d'un système de mise à jour de statuts.

Côté sécurité et vie privée, l'un des points les plus décriés de Facebook, Diaspora aura un système de cryptage des informations envoyées. Cette technologie concerne d'abord le trafic de texte, mais pas encore les photos. Enfin, les données des membres seront hébergées directement chez les utilisateurs, et non pas sur des serveurs centralisés.

Un appel aux dons a permis de récolter quelque 200.000 dollars, contre 10.000 prévus initialement. Mark Zuckerberg, fondateur et dirigeant de Facebook, figure dans la liste des donateurs...

Cela vous intéressera aussi