Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, a répondu pendant 5 heures aux questions des sénateurs américains. © Obama White House Archives

Tech

Mark Zuckerberg : les 5 points à retenir de son audition devant le Congrès

ActualitéClassé sous :Internet , facebook , Mark Zuckerberg

Mark Zuckerberg, le cofondateur et PDG de Facebook, s'est présenté hier face au Congrès américain pour faire son mea culpa et répondre aux interrogations des sénateurs quant à la manière dont le réseau social a failli à protéger la vie privée de ses membres et quant aux mesures envisagées pour y remédier.

« Le monde vous écoute ». Voici sans doute la phrase, prononcée par un sénateur américain à l'adresse de Mark Zuckerberg, qui résume le mieux l'importance que revêt le témoignage du jeune dirigeant devant le Congrès des États-Unis. Pendant cinq heures, le PDG de Facebook a répondu aux questions des élus et essuyé leurs critiques à la lumière du scandale Cambridge Analytica qui a exposé les défaillances du réseau social en matière de protection des données personnelles de ses usagers. Mark Zuckerberg a présenté ses excuses et assuré aux sénateurs que son entreprise traversait un « large changement philosophique dans la façon dont nous abordons notre responsabilité ». Voici une synthèse des thèmes les plus importants évoqués lors de cette première audition. 

1. Mark Zuckerberg compte sur l'IA pour combattre les propos haineux

Interrogé sur la manière dont Facebook comptait améliorer ses outils de modération, le patron de Facebook a parlé du rôle majeur que l'intelligence artificielle (IA) sera amenée à jouer dans les prochaines années, en particulier dans la lutte contre les discours de haine (hate speech en anglais). Pour le moment, Facebook s'en remet aux signalements des utilisateurs et au travail de ses équipes pour repérer ce type de contenus. « Déterminer si quelque chose est un discours de haine est très nuancé linguistiquement. Vous avez besoin de comprendre ce qu'est une insulte et si quelque chose est odieux, et pas seulement en anglais... », a-t-il expliqué en reconnaissant qu'il faudrait encore cinq à dix ans pour que des IA soient capables de faire ce travail.

2. Une version Facebook payante sans publicité n'est pas exclue

Plusieurs questions et remarques étaient centrées sur le modèle économique de Facebook basé sur la publicité et le fait de savoir si le réseau social serait réellement en mesure de renforcer la protection de la vie privée alors qu'il a besoin des données personnelles pour alimenter ses algorithmes. Des sénateurs ont demandé à Mark Zuckerberg si une version payante de Facebook, dépourvue de publicité, était envisagée. L'intéressé a déclaré que cela méritait réflexion sans toutefois promettre quoi que ce soit. Il a ajouté que dans tous les cas, il y aurait toujours une version gratuite de Facebook.

L'entreprise Facebook est accusée depuis plusieurs années d’espionner ses utilisateurs via le micro de leur smartphone. Une théorie du complot sans fondement, démentie à maintes reprises, mais qui a la vie dure. © Kaspars Grinvalds, Fotolia

3. Non, Facebook n'écoute pas vos conversations

Voilà plusieurs années déjà que circule une rumeur selon laquelle Facebook accéderait au microphone du smartphone pour espionner ses utilisateurs afin de mieux cibler ses publicités. Selon cette légende urbaine, c'est ainsi que le réseau social parviendrait à rendre son outil publicitaire si efficace. Facebook a plusieurs fois démenti une telle pratique. Mais la rumeur a la vie dure au point qu'elle est parvenue jusqu'au Sénat. « Oui ou non, est-ce que Facebook utilise l'audio obtenu des terminaux mobiles pour enrichir l'information personnelle sur les utilisateurs ? », a demandé le sénateur Gary Peters. « Non », a redit Mark Zuckerberg.

4. Les sénateurs ne comprennent pas trop comment fonctionne Facebook

Les élus du Sénat ont passé beaucoup de temps à poser des questions basiques sur le fonctionnement du réseau social : comment collecte-t-il les données, pendant combien de temps les conserve-t-il, comment les utilisateurs peuvent-ils contrôler les informations qu'ils partagent... Des questions certes cruciales et que beaucoup de monde doit se poser, mais que l'on peut éclaircir facilement par quelques recherches sur Internet. Conséquence de cette approche très généraliste : les sénateurs ne sont pas vraiment entrés au cœur du problème en s'intéressant notamment de façon plus pointue à la manière dont Facebook exploite les données.

5. Mark Zuckerberg se dit favorable à une réglementation

Les graves lacunes révélées par le scandale Cambridge Analytica pourraient conduire les pouvoirs publics à vouloir imposer un cadre réglementaire plus strict quant à la protection des données personnelles, à Facebook en particulier et aux réseaux sociaux en général. Dans cette optique, les sénateurs ont demandé à Mark Zuckerberg s'il accepterait le principe d'un standard d'adhésion préalable des utilisateurs à la cession de leurs données. Un dispositif inspiré du Règlement général sur la protection des données (RGPD) qui entrera en vigueur dans l'Union européenne le 25 mai. Le jeune dirigeant s'est déclaré favorable « sur le principe » sans prononcer le moindre engagement ferme. Au final, cette première audition de Mark Zuckerberg n'aura débouché sur aucune mesure concrète en sus de ce qui a déjà été annoncé au cours des dernières semaines.

  • Mark Zuckerberg a été interrogé pendant cinq heures par les membres du Sénat des États-Unis.
  • Il a reconnu des défaillances dans la protection des données personnelles des utilisateurs de Facebook et endossé la responsabilité.
  • Le jeune dirigeant n’a fait aucune nouvelle annonce concrète.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi