Un avion U-2 Dragon Lady décolle aux États-Unis, embarquant pour la première une intelligence artificielle. © A1C Luis A.Ruiz-Vazquez
Tech

Une IA prend les commandes d’un avion espion de l’US Air Force

ActualitéClassé sous :intelligence artificielle , US Air Force , avion espion

-

L'US Air Force a testé, pour la première fois, l'utilisation d'une intelligence artificielle dans un avion militaire. Artuµ, basé sur l'IA µZero, était en charge du radar et devait coopérer avec le pilote humain afin d'atteindre des objectifs.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'armée américaine teste une escadrille de 103 mini drones autonomes  Aux États-Unis, le département de la Défense a testé avec succès un groupe de 103 microdrones largués depuis trois avions de combat. Mus par une intelligence artificielle, ces petits engins de 16 centimètres de long ont démontré leur capacité à voler en formation et à prendre des décisions pour s'adapter aux circonstances. 

L'intelligence artificielle n'est plus cantonnée aux drones. Pour la première fois, un avion de l’US Air Force a décollé avec une IA à bord. Baptisée Artuµ, elle a joué le rôle de copilote, aux côtés d'un pilote humain. Son nom est une référence à R2-D2, le célèbre robot des films Star Wars et copilote de Luke Skywalker.

Artuµ est basé sur l’intelligence artificielle µZero, une IA développée pour les jeux et capable de battre les humains aux échecs, au jeu de go, ainsi qu'à certains jeux vidéo, en s'entraînant sans connaissances préalables. Ici, Artuµ était aux commandes du radar d'un avion espion U-2 Dragon Lady, après s'être entraîné sur plus d'un demi-million de simulations.

Une IA conçue pour travailler en équipe avec un pilote humain

Dans une mission contre un autre ordinateur, Artuµ était en charge de trouver les lanceurs ennemis, tandis que le pilote humain devait repérer les avions hostiles. Les deux ont dû travailler en équipe et partager le radar mais c'est bien l'IA qui était aux commandes du système et qui avait le dernier mot sur son utilisation.

« Nous savons que, pour combattre et gagner dans un conflit futur avec un adversaire de même niveau, nous devons avoir un avantage numérique décisif », a indiqué Charles Brown Jr., chef d'état-major de l'US Air Force. L'objectif n'est pas de remplacer le pilote humain dans un futur proche mais de travailler en équipe. Une IA peut être assez facilement dupée par les tactiques ennemies, et des contremesures seront très certainement développées en ce sens.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !