Plus besoin d’un casque de réalité virtuelle pour visualiser et manipuler des images en 3D. Cet objet aux allures de simple cadre photo combine les technologies des champs lumineux et volumétrique pour afficher des hologrammes en trois dimensions.
Cela vous intéressera aussi

Imaginez-vous en train de manipuler ou interagir avec un personnage en 3D à l'aide de votre doigt ou votre main. Le tout, sans le moindre casque ou lunettes de réalité virtuelle. C'est la promesse des concepteurs de Looking Glass, un cadre qui affiche des objets ou des scènes sous la forme d'hologrammes en 3D.

Disponible en deux tailles (9 et 16 pouces), ce cadre permet ainsi de visualiser des objets sous tous les angles, et comme il est compatible avec le système Leap Motion, il est possible, comme par magie, de manipuler et faire bouger les personnages ou les objets affichés.

Un petit exemple d'un affichage en volume. © Looking Glass Factory

Un petit exemple d'un affichage en volume. © Looking Glass Factory

À quelques heures de la fin de sa période de financement participatif sur Kickstarter, ce projet a déjà récolté près de 700.000 euros, et il pourrait bien évidemment bouleverser l'industrie du jeu vidéo, les sciences, l'industrie, le design ou même l'architecture par les possibilités offertes.

Grâce à la combinaison des technologies des champs lumineux et volumétrique, ce cadre affiche en simultané 45 vues de l'objet à 60 images par seconde, ce qui permet de l'observer sous tous les angles avec une fluidité parfaite, et de regarder les animations à plusieurs.

Ce n'est pas un hologramme car l'image est générée à l'intérieur d'un écran, que l'on peut manipuler. Un exemple : si l'on prend le cadre dans ses mains et qu'on le tourne, l'image de l'objet en 3D n'est pas fixe.

Pour une visualisation en 3D fluide et sous tous les angles, l'écran LCD affiche 45 vues différentes de l'objet à 60 images par seconde. © Looking Glass Factory

Pour une visualisation en 3D fluide et sous tous les angles, l'écran LCD affiche 45 vues différentes de l'objet à 60 images par seconde. © Looking Glass Factory

Un ordinateur doit assurer les animations

Pour que ce cadre fonctionne, il faut qu'il soit connecté à un ordinateurordinateur, et la Looking Glass Factory assure qu'il n'y a pas besoin d'un PCPC ou d'un Mac surpuissant. Côté connectique, des prises USBUSB 3.0 et HDMIHDMI 1.4 sont nécessaires, tandis qu'il faudra au minimum une configuration équipée d'un processeurprocesseur Core i5, d'une carte GX 1060 capable d'afficher des images en 2.560 x 1.600, de 4 Go de mémoire vivemémoire vive et de 128 Go d'espace sur le disque durdisque dur.

Pour l'instant, les deux modèles, vendus 600 et 3.000 dollars (520 et 2.600 euros) selon la taille de l'écran, visent clairement les professionnels de la 3D, mais aussi des artistes numériquesnumériques ; un SDK est déjà mis en ligne pour créer et visualiser ses premiers personnages, objets ou scènes complexes.