Un jeune homme a passé une nuit entière suspendu au-dessus du vide, accroché à une touffe d’herbe. Il s’est retrouvé dans cette situation périlleuse en partie à cause des indications de Google Maps, qui l’ont conduit sur un sentier interdit d’accès. Un rappel que les systèmes de GPS n’ont pas toujours raison…

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Kézako : comment fonctionne un GPS ? Le GPS (Global Positioning System), présent dans de nombreux véhicules terrestres, aériens et marins mais aussi dans une majorité de smartphones, fait désormais partie de notre quotidien. Unisciel et l’Université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, le fonctionnement de ce système et nous rappelle son histoire dans cette courte vidéo didactique.

Qui n'a pas déjà entendu d'histoire de personnes qui suivent leur GPS et se retrouvent coincées dans un champ ou à contresens dans une petite ruelle. Souvent de simples légendes urbaines, il arrive pourtant réellement que le GPS induise en erreur. C'est arrivé à un adolescent près de Grenoble dans la nuit de lundi à mardi, qui a passé la nuit suspendu à une falaise.

Le jeune homme était à vélo et a voulu rejoindre des amis pour une soirée d'anniversaire. Il a annoncé à ses parents qu'il se rendait à Seyssinet-Pariset, quand en réalité la fête avait lieu bien plus loin, au Plateau-des-Petites-Roches. Pour s'y rendre, il a suivi les indications de Google Maps en mode vélo, qui l'a mené sur le sentier du Pal de FerFer.

Photo du jeune homme (entouré en rouge) accroché à la falaise, prise depuis l’hélicoptère. © CRS Alpes
Photo du jeune homme (entouré en rouge) accroché à la falaise, prise depuis l’hélicoptère. © CRS Alpes

Les secours n’ont pas pu le localiser de nuit

Or, ce sentier est interdit depuis plus d'un an, à cause d'éboulementséboulements. Il a dû se tromper à un moment, et ne souhaitant pas rebrousser chemin, il a abandonné son vélo et s'est retrouvé à emprunter la via ferrata, un itinéraire d'escalade, sans le moindre équipement. Il a grimpé jusqu'à être bloqué au-dessus du vide, et a dû alerter les secours vers 23 heures.

Pour commencer les recherches, les secours ont dû avoir recours à l'AML (Advance Mobile Location), le service de localisation d'urgence des smartphones. Toutefois, ils n'ont pas pu le retrouver à pied. Il a fallu attendre le matin afin de le repérer depuis un hélicoptèrehélicoptère, le jeune homme ayant passé la nuit entière accroché à une touffe d'herbe. Ils ont dû utiliser le câble d'hélitreuillage de l'hélicoptère pour déposer deux secouristes de la CRS Alpes plus haut. Ils ont pu descendre, sécuriser l'adolescent, puis le remonter afin de l'hélitreuiller et le ramener vers la terre ferme.