L’orthoptiste est spécialisé dans la rééducation de l’oeil et la correction de troubles oculaires. © m.arc, Adobe Stock.
Sciences

Orthoptiste

MétierClassé sous :Métiers , orthoptie , rééducation

Tu hésites entre le métier de kinésithérapeute et celui d’ophtalmologiste ? Et si tu découvrais le métier d’orthoptiste. Chargé de rééduquer les muscles des yeux afin d’améliorer ou corriger les troubles de la vision, l’orthoptiste a tout pour te faire de l’œil.

Spécialiste de la rééducation des yeux, l’orthoptiste se charge des défaillances visuelles aussi bien chez les nourrissons que chez les personnes âgées. Grâce à un bilan, il va pouvoir dépister précisément le trouble oculaire dont souffre le patient et définir des séances de rééducation adaptées par le biais de différents exercices. Il va également être en charge de vérifier l’acuité visuelle de son patient en menant toute une série d’examens : analyse du fond de l’œil, mesure de l’épaisseur de la cornée, de la pression interne de l’œil… Grâce à tous ces tests, l’orthoptiste va être en mesure de définir la puissance du trouble oculaire et conseiller son patient afin de le corriger. Cela est valable aussi bien pour une simple fatigue oculaire que pour corriger un strabisme, ou améliorer un trouble de la vision dû à un traumatisme, un accident ou à une chirurgie. Grâce à la rééducation des muscles de l’œil, le port de lunettes peut être évité à certains patients. L’orthoptiste est généralement consulté sur demande d’un ophtalmologiste mais aussi d’un neurologue ou d’un ORL. Une dizaine de séances minimum sont généralement nécessaires pour observer une amélioration du trouble oculaire.  

Les principales compétences et qualités à avoir

Le métier d’orthoptiste nécessite d’avoir bien évidemment des compétences techniques mais aussi des qualités humaines :

  • savoir établir un diagnostic précis ;
  • avoir des connaissances en ergonomie et en ergothérapie ;
  • connaître les différentes techniques de rééducation ;
  • être véritablement polyvalent pour passer d’une pathologie à une autre ;
  • avoir un très bon relationnel ;
  • savoir nouer une relation de confiance avec son patient ;
  • aimer et savoir travailler aussi bien avec des adultes qu’avec des enfants ;
  • savoir faire preuve de patience et de tact avec ses patients ;
  • savoir mener une veiller pour se tenir informé des évolutions dans son secteur.
L’orthoptiste doit avoir un bon relationnel car il travaille beaucoup avec les enfants atteints de strabisme ou de légers troubles de la vision. © LIGHTFIELD STUDIOS, Adobe Stock.

Les conditions de travail 

L’orthoptiste exerce principalement en cabinet libéral, seul ou avec un ou plusieurs professionnels. Il peut également être salarié dans un centre de soins ou bien exercer au sein de la fonction publique hospitalière. Métier à forte disparité géographique, les orthoptistes ont généralement un emploi du temps chargé et des horaires de travail étendus.

 Comment devenir orthoptiste ?

Le métier d’orthoptiste est accessible sur obtention du certificat de capacité d’orthoptiste en trois ans après le bac. Il se prépare dans un institut de formation rattaché à une UFR de médecine.  L’admission au certificat se fait sur dossier suite à une candidature via Parcoursup. Certaines écoles peuvent également procéder à un entretien oral. Le nombre de places par écoles est défini chaque année par numerus clausus. Les places sont donc très limitées. Une fois le certificat obtenu, les étudiants peuvent choisir de poursuivre leurs études afin de se spécialiser ou renforcer leurs connaissances. 

Le salaire d’un orthoptiste

Le salaire d’un débutant dans la fonction publique hospitalière se situe autour des 1800 euros brut par mois. Son salaire augmentera avec les années en suivant la grille des salaires indiciaire selon son grade et son échelon. Les orthoptistes exercent généralement en profession libérale. Leur rémunération peut donc être très différente d’un professionnel à un autre en fonction de leur lieu de travail et de leur emploi du temps.

Les perspectives d’évolution d’un orthoptiste

Après quatre années d’expérience, un orthoptiste peut préparer le diplôme de cadre de la santé afin d’évoluer vers un poste d’encadrement de service de soins ou de formateur auprès d’étudiants orthoptistes. Il peut également décider de se spécialiser sur un type de rééducation ou sur une pathologie en particulier. 

Entreprises qui emploient des orthoptistes

  • Fonction publique hospitalière ;
    • centre de soins ou de rééducation ;
    • cabinet libéral ;
    • maisons de retraite.

Maman, mon métier consiste à faire de la rééducation de l’œil, un peu comme le ferait un kiné pour les bras ou les jambes. Je vais proposer à mon patient des exercices pour que l’œil travaille, se remuscle suite à une déficience visuelle ou suite à un accident. Je travaille beaucoup avec les enfants notamment en cas de strabisme mais je peux aussi travailler avec des adultes fatigués par leur écran d’ordinateur, des personnes handicapées ou encore des personne âgées. A moi d’avoir le compas dans l’œil pour établir le bon bilan et définir les bons exercices pour rééduquer les yeux.