Sciences

Maximum de l'essaim météoritique des Géminides

ÉphémérideClassé sous :Univers

Maximum de l'essaim météoritique des Géminides
Abonnez-vous à la lettre d'information Les éphémérides : tout ce qui va se passer dans le ciel au cours du mois à venir : que regarder, où regarder ?

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

L'essaim d'étoiles filantes des Géminides est actif du 7 au 17 décembre, et est l'un des plus beaux essaims de l'année. Son nom vient du fait qu'il est proche de la constellation des Gémeaux. Les premières observations des Géminides, ont été signalées par le Belge Adolphe Quetelet en décembre 1830. Suite à cette découverte, les astronomes se sont mis à la recherche de la comète à l'origine de cet essaim, car c'est à elle que l'on doit les étoiles filantes. En effet, lorsque celle-ci passe à proximité du Soleil, elle laisse sur son passage une traînée de poussière composée de minuscules grains. Lorsque la Terre traverse cette traînée, les particules entrent dans l'atmosphère et s'enflamment. Après plus d'un siècle de recherche, rien n'a été trouvé, et l'origine des Géminides reste un mystère.

Mais le 11 octobre 1983, le satellite IRAS découvre un astéroïde qui sera baptisé 3200 Phaeton. Les astronomes se rendent compte qu'il se déplace sur l'orbite de l'essaim, et en déduisent qu'il est à l'origine de celui-ci. Or au lieu de résoudre le mystère, cela ne fait que l'épaissir encore plus. En effet, les astéroïdes ne laissent normalement pas de débris sur leur passage. 3200 Phaeton serait donc en fait une comète inactive, ou qui se serait éteinte, usée par les passages répétés dans la banlieue solaire. Cependant il ne s'agit que de suppositions, et rien ne prouve que cela soit exact. Le mystère reste donc entier à ce jour. On notera que cet astéroïde, outre le mystère qui l'entoure, est surveillé de près, car il est considéré comme potentiellement dangereux, s'approchant par moment à une distance de 8 fois la distance Terre-Lune, ce qui à l'échelle astronomique n'est rien.

Les Gémindes ont un taux horaire moyen de 120, ce qui correspond à 2 étoiles filantes à la minute au moment du maximum. Elles sont brillantes et colorées, et ont une vitesse moyenne de 35 kilomètres par seconde. Contrairement à l'année dernière ou la Lune était pleine au moment du maximum, ce qui ne permettait de voir que les météores les plus brillants, cette année le maximum intervient 55 heures avant la Nouvelle Lune. Les conditions seront donc idéales pour l'observation, sauf caprices de la météo...

Pour observer les Géminides, il faut regarder en direction de la constellation des Gémeaux, que vous trouverez au-dessus de l'horizon ouest. Le maximum est prévu le 14 à 5H05 TU, soit à 6H05 en heure locale. Comme pour chaque maxima d'essaim de météore, il est conseillé d'observer les jours et heures précédents et suivants le maximum, car il peut toujours y avoir un regain d'activité imprévu.

Visibilité

À l’œil nu