On trouve du monoxyde de dihydrogène en grande quantité dans nos fleuves et rivières. © Jon Florant, Unsplash

Sciences

Monoxyde de dihydrogène

DéfinitionClassé sous :chimie , monoxyde de dihydrogène , composé chimique

Le monoxyde de dihydrogène — aussi appelé MODH ou DHMO selon sa dénomination anglaise — est un composé chimique inodore et incolore. Un composé auquel nous sommes tous exposés quotidiennement. On le trouve en quantité dans nos fleuves et rivières. Et même dans notre alimentation. L'industrie l'utilise comme solvant et comme diluant. Quant à l'Organisation mondiale de la santé, elle estime à plus de 370.000 le nombre de décès annuels qui seraient dus à son inhalation accidentelle. Elle note aussi qu'un contact prolongé avec sa phase gazeuse ou solide peut provoquer des lésions des tissus ou des brûlures.

Mais inutile de vous alarmer outre mesure. Car le monoxyde de dihydrogène n'est autre que... l'eau que nous buvons tous les jours. En effet, monoxyde se rapporte à un composé comprenant un seul atome d'oxygène et dihydrogène, à un composé contenant deux atomes d'hydrogène, soit H2O !

Le monoxyde de dihydrogène est exploité dans les centrales nucléaires pour ses propriétés caloportrices. © Burghard, Pixabay, CC0 Creative Commons

Un canular bien senti

Ainsi l'histoire du monoxyde de dihydrogène est destinée à nous rappeler qu'il est bon de garder son esprit critique en toutes circonstances. Certains en effet, sont tentés de présenter les choses de manière alarmante, en utilisant de nombreux termes scientifiques — dont la signification échappe à beaucoup — et même une bibliographie fournie. Le tout avec pour objectif de tromper le public.

Car rappelons que toutes les informations diffusées sur le monoxyde de dihydrogène sont généralement scientifiquement correctes. Inhaler de l'eau peut tuer... lorsque l'on se noie. La glace — la forme solide de l'eau — peut brûler. On trouve bien de l'eau plein nos fleuves, etc. Et ici, la proximité lexicale avec le monoxyde de carbone — qui est lui effectivement extrêmement dangereux — semble ajouter à la supercherie et faciliter l'adhésion des plus inattentifs.  

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 2/5 : la pollution de l'eau est très diversifiée  L’eau est une denrée que nous consommons quotidiennement. Elle est essentielle à notre survie, mais sa qualité est inégale à l'état naturel. Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris, nous parle des polluants qui peuvent être véhiculés par l’eau.