Cette caméra cryogénique va chasser les exoplanètes

Classé sous :VLT , caméra infrarouge , exoplanète

De la taille d'une petite valise, la caméra infrarouge NIX va être prochainement installée sur le VLT (Very Large Telescope ou Très Grand Télescope, en français) à l'Observatoire du Cerro Paranal, dans le désert d'Atacama au nord du Chili. Elle sera chargée de chasser les jeunes exoplanètes géantes grâce à un sytème de contraste inégalé. L'appareil, conçu par le Science and Technology Facilities Council's (STFC) à l'UK Astronomy Technology Centre (UK ATC) à Edinburgh, fera partie de l'instrument Eris -- lequel comprend également un spectrographe appelé Spiffier et un banc d'optique adaptative -- et qui est actuellement en train d'être assemblé en Allemagne.

La caméra NIX a été spécialement conçue pour détecter les longueurs d'ondes entre 3 et 5 µm, celles émises par les jeunes planètes chaudes similaires à Jupiter. Le problème est que le bruit thermique de fond, dû à la propre réflexion des différents miroirs, devient un inconvénient majeur à ces longueurs d'onde. De plus, la lumière des exoplanètes peut se cacher derrière celle de leur étoile. Pour atténuer les radiations thermiques, NIX fonctionnera à des températures inférieures à -200 °C, bien moindres que celles de la plupart des caméras. Et pour bloquer l'éblouissement des étoiles, l'appareil comprend un système sophistiqué de bloqueurs lumineux, de déflecteurs et de revêtements antireflets, ainsi qu'une technologie d'imagerie à contraste élevé.

« Tout ce matériel doit tenir dans un très petit espace. Chaque mécanisme a été conçu et configuré en version miniature pour être très précis et stable à ces basses températures », témoigne Dr William Taylor, astronome et scientifique en instruments à l'ATC du Royaume-Uni. Les premières découvertes sont attendues pour 2022.

La caméra infrarouge NIX sera installée sur le VLT au Chili en 2022. © STFC/UKRI
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le premier signal radio issu d’une exoplanète  Des chercheurs de l’université Cornell (États-Unis) ont enregistré ce qui ressemble à un signal radio issu d’une exoplanète située à environ 50 années-lumière de notre Terre, Tau Bootis Ab. La signature, nous disent-ils, de son champ magnétique. La promesse de disposer désormais d’un nouvel outil pour étudier les planètes situées en dehors de notre Système solaire. @ Ryan MacDonald, Institut Carl Sagan, Université Cornell