Churrymoon, une lune inattendue autour de la comète Tchouri

Classé sous :comète , 67p/Churyumov-Gerasimenko , rosetta

Le 6 août 2014, la sonde Rosetta et le petit robot Philae qu'elle transportait, arrivaient enfin à destination : la comète 67P/Tchouryumov-Gerasimenko, surnommée Tchouri. Un an plus tard, le 13 août, soit il y a quatre ans jour pour jour, l'astre glacé atteignait le point de son orbite elliptique le plus proche du Soleil (le périhélie). Depuis plusieurs semaines, la température mesurée par la sonde européenne qui ne la lâchait pas d'une semelle, augmentait significativement, déclenchant des dégazages sur dégazages et de spectaculaires jets de poussière... Enfin, la vie intime d'une comète durant son périhélie pouvait être suivie au plus près. Pour les scientifiques, émerveillés, ce périple de deux ans a été et reste une incomparable mine d'or qu'ils n'ont pas fini de fouiller.

Pour voir l'évolution d'une comète durant sa course autour du Soleil, n'hésitez pas à vous plonger dans les 400.000 images en accès libre présentées par l'ESA.

Animation de la comète et de « Churrymoon ». © ESA/Rosetta/MPS/OSIRIS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA/J. Roger (CC by-sa 4.0)

Jacint Roger, connu sous le pseudo @landru79 sur Twitter, est un grand habitué des banques d'images de plusieurs missions spatiales, notamment de celle de Rosetta qu'il visite sans aucun doute tous les jours, à la recherche de pépites. Et justement, ce passionné en trouve et en fabrique sous la forme d'animations GIF qu'il partage régulièrement. Les résultats sont saisissants (courez voir ses GIF animés de Tchouri, Mars, Saturne...). Ainsi, en jouant sur la luminosité et les contrastes, il nous dévoile la comète sous un nouveau jour (beaucoup plus brillante qu'elle ne l'est normalement).

Une de ses récentes animations de la comète, créée à partir de photos prises par la caméra Osiris de Rosetta le 21 octobre 2015, alors qu'elle était à 400 kilomètres du centre du noyau cométaire, a fait sensation. Surprise : il y avait un morceau arraché plus gros que les autres. Des chercheurs qui l'ont identifié l'ont surnommé « Churrymoon », la lune de Tchouri. Il mesurait, selon eux, environ quatre mètres de large et a accompagné son astre-parent de deux kilomètres durant 12 heures, à une distance de 2,4 à 3,9 kilomètres. Et il n'aurait vraiment disparu de l'environnement de la comète que le 23 octobre. Churrymoon dérive désormais dans l'espace interplanétaire, quelque part entre Mars et Jupiter.

La comète Tchouri au périhélie lors du 13 août 2015 photographiée par Rosetta. © ESA, Rosetta, Navcam, CC by-sa IGO 3.0
Cela vous intéressera aussi

Rosetta et Philae : la mission expliquée aux enfants  Petit résumé en images des principales découvertes réalisées par la sonde européenne Rosetta sur la comète Tchouri (67P/Churyumov-Gerasimenko de son vrai nom). Durant 786 jours, elle a tourné autour du noyau cométaire en forme de canard pour l’étudier sous toutes les coutures avec ses neuf instruments. Sa mission, commencée il y a 12 ans et demi, s'est achevée par une descente, le 30 septembre 2016 jusqu'à se se poser sur la tête de la comète, dans la région Ma’at.