Bételgeuse dégringole à la 19e place des étoiles les plus brillantes

Classé sous :Astronomie , étoile , Bételgeuse

La luminosité de Bételgeuse n'en finit pas de dégringoler. En effet, celle que les astronomes appellent aussi Alpha Orionis, joyau rouge-orangé qui orne l'épaule gauche d'Orion, est connue pour être une des étoiles les plus brillantes des nuits d'hiver avec sa rivale bleue Rigel -- bien que désignée Beta Orionis, celle-ci est en réalité un peu plus brillante que Bételgeuse --, et l'implacable Sirius.

Cela fait des décennies que les Terriens n'avaient pas vu l'éclat de cette étoile variable baisser autant. Les dernières mesures de sa magnitude classent même Bételgeuse à la 19e place des étoiles les plus brillantes du ciel. Elle perd dix places. Du jamais vu en un siècle d'observation par les astronomes. À présent, elle irradie autant que Bellatrix (gamma Orionis), l'autre épaule d'Orion. Néanmoins, les chercheurs ont relevé que la baisse de luminosité a tendance à ralentir ces derniers jours. Mais, si au-delà de son cycle de variabilité de 420 jours qui se termine début février, elle brille toujours moins, alors les astronomes devront creuser davantage sur les causes de son comportement inhabituel.

Évolution de la luminosité de Bételgeuse au cours de ces dernières semaines. © AAVSO

Alors, est-ce que la supergéante rouge, arrivée à la fin de sa vie (relativement) courte, va-t-elle exploser en supernova ? La question se pose toujours. Mais il est probable que ce ne soit pas encore le « chant du cygne » de l'étoile mais seulement un camouflage derrière un important masque de gaz et de poussière qu'elle a rejeté. Ou encore qu'il s'agit là du fruit obscurcissant de sa dilatation, avec une variation jusqu'à 9 % de sa taille.

Oui, la fin de Bételgeuse est proche mais personne ne peut dire si elle explosera cette nuit ou dans 10.000 ans...

Comparaison de la luminosité de Bételgeuse. À gauche, le 9 février 2016 ; à droite, le 1er janvier 2020. © ottum
Pour en savoir plus

Bételgeuse : la baisse soudaine de sa luminosité surprend les astronomes

Article de Xavier Demeersman publié le 10 décembre 2019

Mise à la place du Soleil, Bételgeuse engloutirait toutes les planètes jusqu'à Jupiter ! © ESO

Qu'arrive-t-il à Bételgeuse, l'étoile qui marque de sa lueur rouge orangée l'épaule gauche du Chasseur Orion, bien visible les nuits d'hiver ? Des astronomes ont en effet été témoins d'une baisse significative de sa luminosité ces derniers jours. Pourquoi diable cette étoile connue comme grande candidate à une explosion en supernova dans un futur proche -- d'ici à 100.000 ans, astronomiquement parlant -- brille-t-elle moins si soudainement ? Allons-nous vivre son chant du cygne, assister à sa fin violente et spectaculaire qui déchirera la nuit de son éclat vif ? Certes, les chercheurs en rêvent, et nous aussi, mais il faudra probablement encore attendre. Bételgeuse est actuellement à quelque 640 années-lumière du Système solaire ; née dans notre voisinage il y a quelques millions d'années seulement, l'étoile massive devrait brûler ses dernières réserves durant quelques siècles encore.

Pour l'instant, les explications avancées pour ce comportement inattendu sont :

  1. soit la supergéante rouge a vécu une ou plusieurs éruptions qui l'ont délestée d'une quantité importante de poussières lui enlèvant (un peu) de son éclat, comme nous en fûmes témoins ;
  2. soit cela est lié à ses cycles d'activité, encore mal connus : Bételgeuse est une étoile variable qui pulse et dont la luminosité continue d'évoluer.

Affaire à suivre. N'oublions pas que ce que nous venons d'observer s'est produit en réalité il y a environ 640 ans. Qui sait, l'étoile agonisante aujourd'hui 560 fois plus grande que le Soleil, a-t-elle déjà explosé depuis.