Sciences

IAC2004 : James Cameron recommande le "Destination Driven"

ActualitéClassé sous :Univers , Nasa , james cameron

En ce lundi ensoleillé à Vancouver, la première Plenary session (session plénière) de l'IAC 2004 proposait de réfléchir sur l'avenir de l'exploration spatiale habitée.

Le panel était composé de :

Jean-Jacques Dordain, DG de l'Agence Spatiale Européenne (ESA),
Yannick d'Escatha, président du CNES (Centre National d'Etudes Spatiales),
Anatoly Perminov, directeur de l'agence spatiale russe,
Kaoru Mamiya, directeur adjoint de la JAXA (agence spatiale japonaise),
Marc Garneau, président de l'agence spatiale canadienneSean O'Keefe, administrateur de la NASA,
- et... James Cameron, le célèbre réalisateur d'Aliens, de Terminator ou de Titanic, vainqueur de 11 oscars !

James Cameron (à gauche) et Sean O'Keefe (à droite) lors de la session plénière de l'IAC à Vancouver. © Espace Magazine

Si chaque chef d'agence a logiquement exprimé les positions de son organisme quant à la continuation de l'exploration spatiale habitée, on pouvait s'interroger sur la présence de James Cameron.

En fait, le réalisateur d'origine canadienne (Vancouver est au Canada, ne l'oublions pas) est depuis longtemps intéressé par l'espace. James Cameron a pris clairement parti dans le cadre d'un débat qui anime le monde spatial depuis longtemps : science driven ou destination driven ? Autrement dit, un programme spatial doit-il être déterminé par des impératifs scientifiques (science driven) ou par la volonté d'atteindre un endroit précis (destination driven) ?

L'enjeu est au centre du futur de l'homme dans l'espace.

Pour James Cameron, le choix est clair et le programme spatial doit dire « nous allons sur la Lune ou nous allons sur Mars ». Le réalisateur souligne alors que le public a besoin d'une « feuille de route clairement exprimée ». On le voit, c'est le destination driven qui est sans aucune ambiguïté conseillé en tant que meilleur moyen de capter l'attention du public en vu d'obtenir son adhésion.

Et l'ISS, marquée par des objectifs science driven peu compris du grand public, fournit un contre-exemple idéal. James Cameron développe alors une idée qui rappelle pleinement le Renewed spirit of discovery(le nouveau plan de la NASA pour retourner sur la Lune et aller sur Mars) : présenter l'ISS comme l'étape permettant de préparer le retour des hommes sur notre satellite naturel puis l'exploration habitée de la Planète rouge. L'ISS devient alors destination driven.

Ce « conseil en communication » de la part du réalisateur le plus oscarisé avec Titanic est dans la droite ligne de la nouvelle stratégie de la NASA. James Cameron était d'ailleurs présent à la demande de Sean O'Keefe, l'administrateur de la NASA, qui ne cachait pas son soutient. Ce dernier a même déclaré que désormais il fallait cesser de se demander ce que nous risquions en envoyant des astronautes explorer l'espace, car selon Sean O'Keefe « le seul moyen de véritablement échouer est de ne pas y aller » !

Ce fameux plan de retour vers la Lune et de conquête de Mars a été souvent présenté comme un coup électoral de Georges W. Bush. Pourtant, on le voit de plus en plus et cette prise de position en faveur du destination driven le montre aussi, le renewed spirit of discovery semble inscrit dans une stratégie de la NASA particulièrement cohérente. Reste la question du vote des budgets qui conditionnera l'avenir de cette volonté.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi