Selon des chercheurs de l’université de l’État de Floride (États-Unis), la supernova LSQ14fmg a explosé dans un système similaire à celui présenté sur cette image de la nébuleuse planétaire de la boule de neige bleue. Avec une étoile centrale perdant une grande quantité de masse et formant un anneau de matière entourant l’étoile. © A. Hajian, Nasa, Esa
Sciences

Supernova : cette étoile a explosé à l’intérieur d’une autre !

ActualitéClassé sous :Supernova , supernova de type 1a , LSQ14fmg

L'événement s'est produit à 100 millions d'années-lumière de notre Terre. L'explosion d'une supernova pas tout à fait comme les autres. Et les chercheurs ont une explication : l'événement s'est produit à l'intérieur d'une étoile en passe de devenir une nébuleuse planétaire.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] SN2016aps, la supernova la plus brillante jamais observée  Lorsque leur dernière heure sonne, les étoiles massives explosent en supernovae dans une formidable débauche d’énergie. Découverte en 2016, SN2016aps apparaît aux yeux des chercheurs comme la plus lumineuse, la plus énergétique et la plus massive des supernovae jamais observées. 

Elle se trouve à quelque 100 millions d'années-lumière de notre Terre. Les astronomes l'appellent : la supernova LSQ14fmg. C'est une supernova de type 1a, une supernova thermonucléaire. L'une des plus brillantes de sa catégorie. Avec un éclat qui augmente étrangement de manière très lente. Un drôle de comportement pour lequel une équipe de chercheurs de l’université de l’État de Floride (États-Unis) propose aujourd'hui une explication étonnante.

Rappelons que les supernovae de type 1a correspondent à des explosions violentes et incroyablement brillantes de naines blanches - ce qu'il reste d'une étoile qui a brûlé son combustible nucléaire - intégrées dans des systèmes doubles. Elles se déclenchent lorsque les naines blanches en question atteignent une certaine masse critique. Mais certaines, comme LSQ14fmg, semblent capables de dépasser cette masse. Les astronomes parlent de supernovae « super-Chandrasekhar ».

Les supernovae de type 1a – comme ici SD 1994D, en bas à gauche, dans la galaxie NGC 4526 – intéressent les astronomes à plus d’un titre. D’abord parce qu’elles peuvent être vues de loin et servir ainsi de chandelles standards pour déterminer des distances entre les galaxies. Ensuite parce que leurs explosions synthétisent de nombreux éléments qui sont ensuite éjectés dans leurs galaxies hôtes. Enfin parce qu’elles sont essentielles à l’étude de l’énergie sombre. © Nasa, Esa, Wikipedia, CC by-3.0

Une luminosité inhabituelle

Et les observations menées par les chercheurs de l'université de l'État de Floride pourraient expliquer l'existence de telles supernovae. Elles ont en effet montré que la supernova LSQ14fmg se heurte à de la matière qui l'entoure. De quoi provoquer la libération d'un surplus de lumière. Ils ont également observé une production de monoxyde de carbone.

Pour expliquer cela, les chercheurs avancent que l'explosion de la supernova s'est déclenchée par la fusion du noyau d'une étoile de la branche asymptotique des géantes, une étoile AGB, avec une étoile naine blanche en orbite autour d'elle. Or les étoiles AGB sont connues pour perdre de la masse sous forme de vent stellaire. Une coquille de matière se forme alors autour d'elles. Et c'est cette coquille - destinée à devenir une nébuleuse planétaire - que l'explosion de la supernova a heurtée, entraînant son lent éclaircissement.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !