Cinq femmes scientifiques viennent d'être récompensées par le prix L'Oréal-Unesco, et quinze chercheuses ont reçu une bourse lors de la 17e cérémonie Pour les femmes et la science

Chaque année, depuis 2007, en partenariat avec l'Unesco et l'Académie des sciences, le prix L'Oréal-Unesco Pour les Femmes et la Science est attribué à cinq lauréates, une par continent, pour des travaux novateurs en matièrematière scientifique, au plus haut niveau. Deux des récipiendaires 2008, Elizabeth Blackburn et Ada Yonath, ont été récompensées l'année suivante par un prix Nobel. Nul ne peut prédire si la sélection 2015 sera aussi brillamment confirmée par le comité Nobel, mais la sélection de cette année récompense à coup sûr des scientifiques au parcours exceptionnel et fructueux, dans le domaine de la physiquephysique, de la chimiechimie, de la médecine, des nanotechnologiesnanotechnologies et de l'astronomie, comme en témoigne la liste que nous présentons ci-dessous.

La fondation L'Oréal remet également des bourses à des jeunes chercheuses du monde entier, doctorantes et post-doctorantes. Le cru 2014 avait par exemple récompensé Lorène Champougny, une spécialiste des bulles et une passionnée de vulgarisation, que Futura-Sciences avait rencontrée. Les candidatures pour les bourses 2015 sont ouvertes jusqu'au 7 avril prochain.

Les cinq lauréates 2015 autour d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco (en veste grise) et Jean-Paul Agon, président de la fondation L’Oréal. À gauche, Dame Carol Robinson et Thaisa Storchi Bergmann, et, à droite, Molly S. Shoichet, Rajaâ Cherkaoui El Moursli et Yi Xie. © Fondation L’Oréal

Les cinq lauréates 2015 autour d’Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco (en veste grise) et Jean-Paul Agon, président de la fondation L’Oréal. À gauche, Dame Carol Robinson et Thaisa Storchi Bergmann, et, à droite, Molly S. Shoichet, Rajaâ Cherkaoui El Moursli et Yi Xie. © Fondation L’Oréal

Les cinq lauréates du prix L'Oréal-Unesco

  • Thaisa Storchi Bergmann, astrophysicienne, lauréate pour l'Amérique latine (Brésil).
    Récompensée pour son travail sur la compréhension des trous noirstrous noirs, l'un des phénomènes complexes les plus emblématiques de l'universunivers : elle a été la première à découvrir que de la matière pouvait s'échapper des trous noirs.
  • Rajaâ Cherkaoui El Moursli, physicienne, lauréate pour l'Afrique et les états arabes (Maroc).
    Récompensée pour sa contribution majeure à l'une des plus grandes découvertes de la physique : la preuve de l'existence du boson de Higgsboson de Higgs, la particule responsable de la création de massemasse dans l'univers. Futura-Sciences vient d'évoquer ses travaux à l'occasion du redémarrage du LHC.
  • Yi Xie, chimiste, lauréate pour l'Asie-Pacifique (Chine).
    Primée pour sa contribution très significative à la création de nanomatériaux inédits permettant d'importantes applicationsapplications dans la conversion de chaleurchaleur et d'énergie solaire en électricité. Ses travaux qui visent à lutter contre la pollution et améliorer l'efficacité énergétique ouvrent des voies très prometteuses pour l'avenir.
  • Dame Carol Robinson, chimiste, lauréate pour l'Europe (Royaume-Uni).
    Récompensée pour le développement d'une méthode extraordinaire permettant d'étudier le fonctionnement des protéinesprotéines, notamment des protéines membranaires, et pour avoir créé un nouveau domaine scientifique : la biologie structurale en phase gazeuse. Son travail pionnier pourrait avoir un impact significatif dans la recherche médicale.
  • Molly S. Shoichet, chimiste, lauréate pour l'Amérique du Nord (Canada).
    Primée pour le développement de nouveaux matériaux pour la régénération du tissu nerveux et pour une nouvelle méthode de diffusiondiffusion de produits biothérapeutiques dans le système nerveux centralsystème nerveux central.