Les travaux menés par Maxwell au XIXe siècle ont aidé des physiciens d’aujourd’hui à faire la lumière sur un nouveau type d’onde : les ondes de Dyakonov-Voigt. De quoi comprendre un peu mieux comment la lumière interagit avec la matière complexe. Et imaginer toute une série d’applications.

Cela vous intéressera aussi

James Clerk Maxwell est un physicien écossais du XIXe siècle. Il est notamment connu pour avoir établi les fameuses équations de Maxwell qui posent les bases de l'électromagnétismeélectromagnétisme. Pour avoir interprété la lumièrelumière comme un phénomène électromagnétique également. Et aujourd'hui, des chercheurs de l'université d’Édimbourg (Écosse) annoncent avoir identifié les propriétés uniques d'une nouvelle forme d'ondes lumineuses en s'appuyant sur ces travaux.

Les physiciensphysiciens travaillaient sur les interactions entre la lumière - qui se déplace sous forme d'ondes - et certains cristaux, naturels aussi bien qu'artificiels. C'est ainsi qu'ils ont découvert un type d'onde jusqu'alors inconnu et baptisé ondes de Dyakonov-Voigt. Un type d'onde qui naît à l'interface entre les cristaux et un autre matériaumatériau tel que l'huile ou l'eau.

S’appuyant sur de vieux travaux de Maxwell, des physiciens ont identifié un ensemble de contraintes permettant la propagation d’ondes de surface d’un nouveau type, à l’interface entre un cristal et un autre matériau. © gonin, Fotolia
S’appuyant sur de vieux travaux de Maxwell, des physiciens ont identifié un ensemble de contraintes permettant la propagation d’ondes de surface d’un nouveau type, à l’interface entre un cristal et un autre matériau. © gonin, Fotolia

Des applications pratiques

Et grâce aux équations de Maxwelléquations de Maxwell, les chercheurs ont établi que ces ondes ne peuvent être produites qu'à partir de certains types de cristaux, dont les propriétés optiques dépendent de la direction dans laquelle la lumière les traverse. Les physiciens ont aussi noté que les ondes de Dyakonov-Voigt s'atténuent en s'éloignant de l'interface et ne se déplacent que dans une seule direction.

D'un point de vue plus pratique, ces ondes pourraient aider à améliorer les biocapteurs utilisés pour le criblage des échantillons de sang. Ou encore au développement de circuits à fibres optiques capables de transférer les données plus efficacement.