Sciences

Cristaux liquides : une nouvelle phase nématique pour écrans LCD

ActualitéClassé sous :physique , cristaux liquides , nématique torsadé

Les écrans LCD utilisent des cristaux liquides dans une phase dite nématique torsadée. Une quatrième phase nématique a été découverte voilà quelques années, et elle vient de faire l'objet d'une étude plus poussée. On peut la contrôler plus rapidement avec un champ électrique, ce qui ouvre la voie à des écrans LCD moins gourmands en énergie.

Trois des quatre phases nématiques connues aujourd'hui pour les cristaux liquides. Elles diffèrent par l'orientation dans l'espace des molécules, que l'on voit sous forme de bâtonnets. La phase dite Ntb, pour nematic twist-bend phase en anglais, est prometteuse pour des applications comme des écrans d'affichage ou de télévision. © Nature

Les cristaux liquides font partie intégrante de notre vie de tous les jours, car ils sont utilisés dans des dispositifs tels que les téléphones mobiles, les écrans d'ordinateur et les téléviseurs. La grande majorité de ces appareils utilisent des molécules qui constituent des cristaux liquides dits nématiques torsadés. Les pionniers de l'étude des cristaux liquides seraient sans doute fort surpris de ces applications, qu'ils ne pouvaient prévoir.

L'étude des cristaux liquides a commencé entre 1850 et 1880, avec l'observation de substances d'origine biologique qui présentaient plusieurs points de fusion. Un peu plus tard, on a découvert qu'il s'agissait d'un état de la matière combinant des propriétés d'un liquide conventionnel et celles d'un solide cristallisé. Le physicien allemand Otto Lehmann proposa le nom de cristal liquide en 1890 pour ces substances étranges.

Les cristaux liquides, une nouvelle phase de la matière

Elles furent réparties en trois grandes familles, que l'on appelle des mésophases ou états mésomorphes (« de forme intermédiaire » en grec) par le minéralogiste Georges Friedel en 1922. Le chercheur distingua donc des mésophases que l'on désigne souvent sous les termes de phases nématique, smectique et cholestérique.

Georges Friedel (1865-1933) est un minéralogiste français auteur d'importants travaux sur les cristaux liquides. Il a défini les trois grandes phases des cristaux liquides connues au XXe siècle, et on lui doit le terme de « nématique » désignant l'une de ces phases. © Wikipédia, DP

Des subdivisions existent, et l'on connaissait notamment trois phases nématiques au XXe siècle, dont la fameuse phase des cristaux liquides dits nématiques torsadés, utilisée pour les écrans LCD. Rappelons que dans la phase nématique, bien que les molécules qui la composent soient presque orientées de façon aléatoire comme dans les liquides classiques, elles sont préférentiellement orientées dans une même direction. Il est possible d'utiliser un champ électrique pour contrôler cette direction, de sorte que les molécules peuvent être utilisées comme des interrupteurs, laissant passer ou non de la lumière.

De nouveaux cristaux liquides pour écran LCD

Il se trouve qu'en 2010, une quatrième phase nématique a été découverte par des chercheurs des universités de Dublin et de Hull. Cette phase, qui a été identifiée quelque temps plus tard, avait en fait été prédite dès 1973. Elle a reçu le nom de phase nématique en « torsion-flexion » (nematic twist-bend phase en anglais). Des physiciens et des chimistes viennent de publier les résultats d'une étude plus approfondie de cette nouvelle phase dans un article de Nature Communications, également disponible sur arxiv. Ils auraient sans doute intéressé Pierre-Gilles de Gennes, l'un des grands maîtres de la théorie des cristaux liquides.

Les chercheurs ont ainsi découvert, grâce à la microscopie électronique à transmission, que les molécules sont disposées selon une structure en « torsion-flexion » avec une périodicité d'environ 8 nm. C'est une longueur environ 10.000 fois plus petite que l'épaisseur d'un cheveu humain.

Selon Corrie Imrie, l'un des chimistes de l'université d'Aberdeen qui a été impliqué dans cette découverte, « cette nouvelle phase nématique possède des propriétés fascinantes qui offrent de réels défis à notre compréhension de la matière condensée, mais elle a aussi un vrai potentiel pour des applications ». Et le chercheur ajoute que « ces applications pourraient être des dispositifs d'affichage à commutation rapide vraiment impressionnants, des écrans de télévision couleur améliorés, voire des capteurs biologiques ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi