Imaginez des ordinateurs capables de reconfigurer une partie de leurs circuits électroniques pour devenir plus performants. Cela arrivera peut-être dans un avenir proche grâce aux matériaux basés sur des nanoparticules, découverts par des chercheurs de la Northwestern University.
Cela vous intéressera aussi

Les circuits électroniques des ordinateursordinateurs ne sont pas forcément bien adaptés aux calculs que l'on se propose de mener avec. On a ainsi conçu des puces électroniques spécialement pour effectuer certaines simulations numériquessimulations numériques ou pour le traitement de certains problèmes. Récemment, IBM a révélé un modèle de puce cognitive par exemple.

Des ordinateurs qui seraient capables de modifier une partie de leurs circuits à volonté seraient certainement utiles. Les tenants de la singularité technologique salueraient sans aucun doute des ordinateurs intelligents et conscients capables d'évoluer en s'auto-améliorant au niveau de leurs circuits et découvrir comment atteindre des plans encore plus élevés de conscience et d'intelligenceintelligence.

Des nanoparticules d'or

Une équipe de chercheurs de la Northwestern University vient de publier un article dans Nature Nanotechnology dans lequel ils annoncent avoir précisément mis au point de nouveaux matériaux à base de siliciumsilicium et de polymèrepolymère que l'on peut modifier à volonté. Le résultat, un seul composant électronique pouvant être reconfiguré en transistor, diode ou autre composant électronique sur demande et de façon réversibleréversible.

Il s'agit d'une illustration du pouvoir de la nanotechnologie. Des nanoparticulesnanoparticules, qui peuvent être différentes, de 5 nanomètresnanomètres de diamètre, recouvertes d'un matériaumatériau contenant des charges positives, constituent un bloc en 3D. Le tout est plongé dans une « mer » d'atomesatomes négativement chargés balançant exactement les charges positives des nanoparticules.

Des courants et des impulsions électriques adéquates peuvent alors modifier la répartition de ces atomes négatifs pour obtenir le composant électronique désiré.