Le physicien Julius Wess est décédé le 8 Août 2007. Un des créateurs de la théorie quantique des champs supersymétriques vient donc de nous quitter, peu de temps avant la mise en service du LHC dont beaucoup pensent qu’il apportera la preuve du caractère supersymétrique du monde des particules. 
Cela vous intéressera aussi
Julius Wess (1934-2007) (Crédit : LPTHE).

Julius Wess (1934-2007) (Crédit : LPTHE).

Julius Wess est né en 1934 en Autriche et, s'il fut l'élève de Hans Thirring, bien connu pour sa contribution à la relativité généralerelativité générale avec Lense, c'est Erwin SchrödingerErwin Schrödinger qui fut le rapporteur de sa thèse. Il s'est fait connaître en 1974 en publiant avec Bruno Zumino l'un des premiers modèle faisant intervenir une généralisation des groupes de Lie pour construire des équationséquations décrivant des champs de particules élémentairesparticules élémentaires.

La symétrie sous-jacente à cette généralisation des groupes de Lie est si belle et si puissante qu'on lui a donné le nom de supersymétriesupersymétrie (voir les vidéos de Pierre Fayet). Sous différentes formes, celle-ci était apparue dans les travaux des mathématiciens et physiciens théoriciens Russes Yu.Gol'fand et E.Lichtman (1971) ainsi que D.Volkov et  V.Akulov (1972)

Elle était implicitement contenue dans les travaux en théorie des cordesthéorie des cordes de John Schwarz, André Neveu et Pierre Ramond mais c'est vraiment grâce au modèle dit aujourd'hui de Wess-Zumino que la communauté scientifique s'est rendue compte de l'importance du rôle possible de la supersymétrie.

Depuis lors, la supersymétrie a envahi presque tous les domaines de la physiquephysique puisqu'on la retrouve aussi bien en cosmologie qu'en physique nucléaire et pas seulement en physique des particules élémentairesphysique des particules élémentaires. De façon inattendue, la supersymétrie  a eu un impact remarquable en mathématique pure en renouvelant des domaines aussi ésotériques que la topologie et la géométrie différentielle, principalement en raison des travaux de Witten en supergravité de Kaluza-Klein.

Toutefois, à part dans des problèmes de classification des niveaux d’énergie des noyaux, il n'y a à ce jour aucune preuve de la pertinence des théories supersymétriques dans le monde de la physique des hautes énergies ou dans celui de la cosmologiecosmologie. Certes, il y a aujourd'hui des indications particulièrement convaincantes en faveur de l'existence de la matière noirematière noire et les théories supersymétriques prolongeant les équations du modèle standardmodèle standard des interactions fournissent de bons candidats pour expliquer la nature de la matière noire en associant aux leptonsleptons, quarksquarks et bosonsbosons de jauge comme le photonphoton et les gluonsgluons des partenaires massifs  dont certains pourraient constituer la matière noire mais rien n'est encore joué.

On ne devrait pas tarder à savoir avec le LHC si Julius Wess est mort trop tôt pour recevoir le prix Nobel de physique.