Des chercheurs de l’université de l’État de l’Ohio (États-Unis) attirent l’attention sur la fragilité du stockage des déchets nucléaires sous certaines conditions environnementales. © Scanrail, Adobe Stock

Sciences

Une faille détectée dans le conditionnement des déchets nucléaires

ActualitéClassé sous :physique , déchets nucléaires , déchets radioactifs

La France, comme d'autres pays, prévoit d'enfouir profondément ses déchets nucléaires pour nous mettre à l'abri des radiations. Des déchets préalablement confinés dans du verre - ou de la céramique - et de l'acier inoxydable. Mais des chercheurs jugent aujourd'hui que l'idée pourrait présenter des failles.

Les déchets nucléaires ultimes les plus dangereux proviennent des centrales de production d'électricité. Ils peuvent émettre des radiations pendant des dizaines de milliers d'années. D'où l'attention qui est accordée à leur traitement. Plus exactement à leur stockage dans des capsules de verre ou de céramique prisonnières de conteneurs métalliques enfouis sous terre et censés confiner les rayonnements.

Mais une étude menée par des chercheurs de l'université de l'État de l'Ohio (États-Unis) révèle aujourd'hui que ces conteneurs - et leur contenu - pourraient se dégrader plus rapidement que prévu. Ils seraient en effet victimes d'une corrosion accélérée en raison des changements qui surviennent au fil du temps - et au contact d'un environnement aqueux - dans la chimie de la solution de déchets nucléaires et de la façon dont les matériaux eux-mêmes interagissent les uns avec les autres.

Les travaux des chercheurs de l’université de l’État de l’Ohio (États-Unis) portent sur un site précis – la Yuca Mountain, dans le Nevada (États-Unis) – et sur les conditions, plutôt agressives, dans lesquelles les déchets nucléaires pourraient y être stockés. Or, la durée de vie et la stabilité des verres qui retiennent prisonniers ces déchets sont largement dépendantes de l’environnement. Difficile dans ces conditions, de transposer directement les conclusions de cette étude à d’autres sites. © Fastfission-commonwiki, Wikipedia, Domaine public

Inventer un nouveau moyen de stockage des déchets nucléaires

« Dans certaines conditions, les matériaux en verre ou en céramique contenant les déchets nucléaires interagissent avec l'acier inoxydable des conteneurs et l'ensemble entre dans un cycle de corrosion sévère », précise Xiaolei Guo, physicien, dans un communiqué de l’université de l’État de l’Ohio. Les expériences des chercheurs ont même révélé des fissures sur le verre en contact avec l'acier.

Le problème viendrait de l'affinité naturelle entre le fer, principal constituant de l'acier inoxydable, et le silicium, élément clé du verre. Les chercheurs recommandent donc de trouver de nouvelles barrières pour assurer la sûreté du stockage des déchets nucléaires sous terre où l'eau finit toujours par s'infiltrer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Déchets radioactifs : la sûreté des tombeaux nucléaires tient dans un sac à dos high-tech  Que se cache-t-il dans cet étrange sac à dos porté par les inspecteurs de la sûreté nucléaire ? Un scanner laser 3D d’un nouveau genre. Il scrute tous les recoins des futurs tombeaux destinés aux pires déchets radioactifs, à la recherche des moindres failles.