Le langage pourrait influencer les stéréotypes de genre, notamment via l'emploi d'associations récurrentes de mots. © Pathdoc, Adobe Stock
Sciences

Le langage renforcerait les stéréotypes de genre

ActualitéClassé sous :Langage , sexisme , Egalité des genres

Chacun d'entre nous a assimilé des stéréotypes. Des préjugés, qui peuvent empêcher les personnes de se réaliser pleinement. Et s'ils provenaient du langage ? Plus précisément, des associations de mots propageant implicitement ces stéréotypes ?

Peu importe la langue, les associations de mots utilisées ne sont pas anodines. Elles reflètent une culture, des mœurs, des préjugés parfois. Et elles pourraient ancrer des stéréotypes. De genre notamment. Les résultats d'une étude statistique, publiée dans Nature Human Behavior, paraissent aller dans ce sens.

Les chercheurs ont examiné 25 langues différentes. En observant à quelle fréquence revenaient des associations de mots, telles que « femme » suivi de « maison » ou de « enfants », a contrario de « homme » combiné à « carrière » ou « travail ». Avant de relier ces éléments à un jeu de données international sur les préjugés de genre. Gary Lupyan, coauteur de l'étude, explique leur démarche : « Beaucoup d'informations contenues dans la langue, y compris des informations sur les stéréotypes culturels, [ne se présentent pas comme] des déclarations directes. Mais dans des relations statistiques à grande échelle entre les mots. »

Et l'exposition à ces associations linguistiques, jour après jour, rend « possible d'apprendre qu'il y a un stéréotype intégré dans le langage stipulant que les femmes sont meilleures dans certaines choses et les hommes dans d'autres ». Ce qui aurait des conséquences sur les disparités de genre en sciences et technologies, par exemple.

Les stéréotypes de genre, qui peuvent limiter le champ des possibles des individus, pourraient provenir en partie du langage. © Photoboyko, Adobe Stock

Corrélation ou causalité ?

Parmi toutes les langues étudiées, les chercheurs ont constaté que celles comportant plus fréquemment des associations genrées sont corrélées à davantage de stéréotypes. « Les résultats suggèrent que si vous parlez une langue qui est vraiment biaisée, vous êtes plus susceptible d'avoir un stéréotype de genre qui associe les hommes à la carrière et les femmes à la famille », constate Molly Lewis, coautrice de l'étude.

La scientifique précise toutefois que la fiabilité et la validité du jeu de données utilisé sont critiquées. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ces résultats. Lesquels sont seulement « corrélatifs », note Gary Lupyan, bien que « la relation persiste sous divers contrôles », ce qui « suggère une influence causale ».

Si une telle influence se révèle exacte, Molly Lewis propose de prêter attention à ce que les livres pour enfants ne comportent pas de langage implicitement sexiste. « Les jeunes enfants ont de forts stéréotypes de genre, tout comme les adultes plus âgés » observe-t-elle, « la question est d'où viennent ces préjugés ».

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !