La sonde Maven, panneaux solaires déployés tels qu’ils le seront pendant le voyage interplanétaire et autour de Mars. Elle est ici au centre spatial Kennedy, lors de ses essais électriques. En simulant la lumière reçue à la distance de la Planète rouge, la Nasa a voulu s'assurer que la production d'électricité par les panneaux solaires est conforme au cahier des charges. © Nasa

Sciences

Le lancement de Maven pourrait être reporté à 2016 à cause du shutdown (MAJ)

ActualitéClassé sous :Astronautique , mars , exploration martienne

La Nasa vient de décider d'assurer le lancement vers Mars de la sonde Maven, selon le calendrier prévu. Ce programme ne serait pas concerné par le désormais célèbre shutdown.

-----------------

Article initial paru le 4/10/2013 à 10 h 49

La paralysie budgétaire aux États-Unis, ou shutdown, pourrait contraindre la Nasa à reporter le lancement de la sonde Maven, prévu entre novembre et décembre 2013, à début 2016. Pour l'heure pas d'inquiétude, mais si le blocage des administrations et services du gouvernement américain devait perdurer plus d'une semaine, les voyants passeraient au rouge...

En raison de l'impossibilité du Congrès à se mettre d'accord sur le vote du budget, le gouvernement américain a été contraint de cesser ses activités jugées non essentielles (shutdown), depuis mardi 1er octobre. Résultat, de nombreuses agences gouvernementales sont fermées ou fonctionnent au ralenti.

La Nasa et ses 18.250 employés sont concernés : 97 % d'entre eux ont été mis en arrêt forcé (furlough). Seules 549 personnes restent en activité, notamment pour assurer la sécurité des astronautes à bord de la Station spatiale internationale, et surveiller un tant soit peu ce qui tourne autour de la Terre et se promène sur Mars.

Jusqu’à ce que le shutdown ne les interrompe, les préparatifs de la sonde et du lanceur de Maven battaient leur plein. À l'image, la sonde lors d’essais dans les salles blanches du centre spatial Kennedy de la Nasa. © Nasa

Tous les autres projets et missions sont donc à l'arrêt, ou tournent au ralenti pour ceux considérés comme essentiels. Ce qui n'est malheureusement pas le cas de la sonde Maven. Chargée d'étudier l'atmosphère martienne, elle doit être lancée à l'intérieur d'une fenêtre de tir qui s'ouvre le 18 novembre et se ferme le 7 décembre. Son lancement pourrait être menacé par un retard dans la préparation du pas de tir au centre Kennedy - qui est une installation fédérale - et du lanceur Atlas 5. Si Maven rate cette opportunité de lancement, la fenêtre de tir suivante s'ouvrira seulement début 2016. Période à laquelle le lancement de la mission ExoMars 2016 de l'Agence spatiale européenne est aussi programmé.

Après un voyage interplanétaire de 10 mois, Maven rejoindra Mars pour étudier son atmosphère. Elle a notamment pour objectif de comprendre l’histoire de cette couche, et de déterminer quand et pendant combien de temps Mars aurait été plus semblable à la Terre qu’elle ne l’est aujourd'hui (froide et asséchée). © Nasa, GFSC

Un report de lancement évalué à plusieurs millions de dollars

Cette situation préoccupante pourrait rapidement devenir embarrassante si ce shutdown devait durer plus d'une semaine. Le 1er octobre, l'équipe Maven disposait d'une avance de neuf jours par rapport à son planning. Une bonne nouvelle d'autant plus que, sous certaines conditions, le lancement est même possible quelques jours après la fermeture de la fenêtre de tir. Cela nécessitera des calculs très précis d'un nouveau plan de vol et d'une optimisation des réserves en carburant. Or, il va de soi que personne à la Nasa ne souhaite arriver à cette situation extrême.

Un report du lancement nécessiterait d'hiberner la sonde et ses instruments et devoir, dans deux ans, vérifier le bon état de la sonde et de ses équipements. Des opérations complexes dont le coût est estimé à plusieurs dizaines de millions de dollars, un budget que la Nasa préférerait utiliser à autre chose.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi