Des archéologues viennent de faire une découverte extraordinaire en Italie : 24 statues de bronze ont été excavées près de Sienne, en Toscane. En parfait état de conservation, elles dateraient de l'époque de la république romaine, plus précisément d'il y a 2 300 ans !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les experts du passé : de mystérieuses inscriptions gallo-romaines À Rennes, en fouillant une ancienne villa gallo-romaine, des archéologues ont découvert d'étranges inscriptions gravées. Ce rare témoignage est entouré de mystère. Qui en est à l’origine et pourquoi se trouve-t-il là ? Tant de questions auxquelles l’Inrap (Institut de recherches archéologiques préventives) nous répond au cours de ce nouvel épisode des Experts du passé.

À quelque 160 kilomètres de la capitale italienne Rome, des archéologues ont fait une découverte étonnante. Pas moins de 24 statues de bronze, accompagnées d'environ 6 000 pièces d'or, d'argent et de bronze, en parfait état de conservation ! D'après les chercheurs, elles dateraient d'il y a près de 2 300 ans, soit d'entre le IIe et le Ier siècle avant notre ère.

Les statues représentent Hygie, déesse de la santé, Apollon, dieu des arts et de la beauté, ainsi que d'autres dieux gréco-romains. Elles ont été retrouvées dans une ancienne source thermale. C'est d'ailleurs ce qui a permis de les préserver : elles auraient été plongées dans des eaux thermales il y a plus de 2 000 ans, probablement pour un rituel religieux.

Une découverte qui pourrait « réécrire l'histoire » du passage de la domination étrusque à la domination romaine

L'époque dans laquelle s'inscrivent ces statues est encore marquée d'ombre, car elle correspond à une « grande transformation dans l'ancienne Toscane », a déclaré dans un communiqué le ministre de la culture italien. En effet, c'est vers le Ier siècle avant notre ère que la domination romaine s'est imposée définitivement dans la région, au détriment du peuple étrusque. Différents conflits ont ainsi éclatés à cette période, mais les statues retrouvées portent des inscriptions dans les deux langues, montrant ainsi des rites partagés. De précieux éléments qui pourraient permettre de « réécrire l'histoire », explique dans un communiqué, Jacopo Tabolli, qui a coordonné les fouilles.

Finalement, c'est aussi la plus grande découverte de statues de bronze après celle des guerriers de Riace, en 1972, deux grandes statues datant du Ve siècle avant notre ère et découvertes par hasard lors d'une séance de plongée près des côtes italiennes. En effet, la plupart des autres statues de l'époque étaient en terre cuite, et ont donc bien plus souffert du temps. Les récentes trouvailles seront à l'avenir conservées dans un nouveau musée à San Casciano, tandis qu'elles sont pour le moment en cours de restauration à Grosseto.