Les serviettes jetables et tampons sont à usage unique et non recyclables. © Studio KIVI, Adobe Stock
Santé

Comment réduire la quantité de déchets liés aux menstruations ?

Question/RéponseClassé sous :femme , Cycle mensturel , règle

Comment réduire ses déchets liés au cycle menstruel ? Les serviettes et les tampons sont à usage unique et ne sont pas recyclables. Depuis quelques années, des solutions existent pour les femmes sensibles à leur production de déchets. La culotte menstruelle est l'une d'entre elles.

Pendant longtemps, les femmes n’avaient que le choix entre les serviettes hygiéniques et les tampons pour gérer leur règle. Mais ces dernières années les dispositifs d’hygiène intime se multiplient, comme la culotte menstruelle, avec un argument fort : réduire ses déchets.

Les déchets liés au cycle menstruel

Il est difficile d’estimer la quantité de déchets intimes produits par an et par femme, car ils ne font pas l’objet d’un suivi particulier par l’ADEME. Ils sont compris dans les 580 kg de déchets produits par français et par an, au même titre que les ordures ménagères. Ce qui est sûr, c'est que les serviettes hygiéniques et autres tampons classiques sont composés de plastiques et de fibres synthétiques blanchies. Ils ne sont pas recyclables et terminent donc leur vie dans une décharge ou un incinérateur.

Essayons de faire une estimation approximative, et forcément simplifiée, de la quantité de déchets que cela pourrait représenter dans la vie d’une femme. En moyenne, une femme a ses règles pendant 40 ans, à hauteur de cinq jours par mois en moyenne. Elle devra donc utiliser au moins une protection intime 2.400 jours dans sa vie. Une enquête Opinion Way pour l’ANSM, réalisée en 2017, indique que 91 % des femmes interrogées utilisent à la fois une protection externe (serviette hygiénique) avec une autre, notamment les tampons.

Pour notre calcul, disons qu’une femme utilise deux serviettes hygiéniques et deux tampons pour chaque jour de ses règles. Soit 4.800 serviettes hygiéniques et 4.800 tampons. Une serviette hygiénique ou un tampon classique avec applicateur pèse environ 10 grammes. On arrive au total à 96.000 grammes, soit 96 kg de déchets uniquement liés aux menstruations dans la vie d'une femme. Ça semble peu, mais il y a environ 15,5 millions de femmes âgées de 13 à 50 ans en France.

Une femme a ses règles en moyenne cinq jours par mois pendant 40 ans. © Ricardo Ferrando, Adobe Stock

Des alternatives « zéro déchet »

Heureusement, des alternatives existent pour celles qui désirent réduire leur production de déchets. Par exemple, une culotte menstruelle en coton biologique a une durée de vie de trois ans, soit l'équivalent de 360 serviettes hygiéniques (avec les mêmes paramètres du calcul). La composition change selon les marques, mais l'extérieur de la culotte est souvent constituée de coton, tandis que la partie absorbante est un mélange de viscose et de polyester capable d'absorber tous les flux, même les plus abondants.

De plus, il est possible de prolonger la durée de vie de sa culotte menstruelle après que ces capacités absorbantes sont dépassées en la portant comme un sous-vêtement classique par exemple. Une bonne alternative pour vivre une période menstruelle « zéro déchet ».

Article réalisé en partenariat avec les équipes de Dansmaculotte.com

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !