Santé

Au début de notre ère déjà, les romaines le valaient bien

ActualitéClassé sous :vie , archéologie , crème

L'année dernière à Londres, sur le site d'un temple romain du milieu du II ème siècle, des archéologues trouvaient dans la boue un pot en étain pratiquement intact. Son contenu, une crème blanche légèrement granuleuse, a traversé les siècles grâce au couvercle de la petite boîte resté hermétiquement clos. Cette découverte a offert aux scientifiques une opportunité de percer un secret de beauté utilisé par les femmes romaines de l'antiquité. Le biochimiste Richard Evershed et son équipe, de l'université de Bristol, ont publié dans Nature les résultats de leurs analyses.

Le pot de crème romain retrouvé à Londres et , à droite, la version fabriquée par les chercheurs. (Bristol University)

Les scientifiques britanniques ont mis en évidence trois ingrédients majeurs constituant cette crème datant de 150 ans après JC. Le premier est de la graisse animale provenant de bovins ou d'ovins. Le second, l'amidon, est toujours utilisé de nos jours dans les cosmétiques pour en diminuer l'aspect gras. Le troisième élément, l'étain, a convaincu les chercheurs qu'ils étaient bien en présence d'une crème de beauté et non d'un onguent ou d'un médicament. En effet ce métal ne faisant pas partie de la pharmacopée romaine, son rôle devait être celui d'un pigment blanc. L'équipe anglaise a ensuite élaboré une version synthétique de cette crème et l'a testée. Son application donne une sensation de gras vite remplacée par un résidu blanc, poudreux et très doux. Ce produit, qui devait être utilisé comme fond de teint, donnait donc aux femmes le teint très pâle à la mode à cette époque.

On sait que l'acétate de plomb était fréquemment utilisé pour obtenir cette pâleur recherchée par les belles de l'antiquité. Ses effets néfastes sur la santé commençant à être connu au II ème siècle, l'étain a sans doute été le produit de substitution idéal. De plus on le trouve en grande quantité en Cornouailles, pas très loin de Londres, sous forme de cassitérite (SnO2) qui pouvait être directement incorporé à la crème.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi