Les scientifiques cherchent encore à déterminer ce qui rend le cerveau humain si spécial, comparé à nos cousins, les primates. Mais malgré les différences, il semblerait qu’il y ait de grandes similitudes au niveau du développement cérébral.

Comparé à d'autres espècesespèces animales, le temps de maturation du cerveau chez l'Homme est particulièrement long ; surtout pendant son enfance lorsqu'il acquiert les compétences fondamentales telles que marcher, manger, parler ou utiliser des outils. Mais d'après certaines recherches, les humains suivraient une trajectoire de développement similaire à celle des autres primatesprimates. En d'autres termes, certaines parties du cerveau des grands singes peuvent se développer lentement comme chez les humains. L'occasion, peut-être, d'en apprendre plus sur l'évolution humaine et les caractéristiques uniques du cerveau

Un temps de maturation cérébrale similaire 

Une étude publiée dans les Actes de la Royal Society B, par Christine Charvet et son équipe de la Delaware State University, rapporte que le développement du cortex frontalfrontal, zone du cerveau impliquée dans la pensée et le raisonnement de plus haut niveau, n'est pas inhabituellement prolongé chez l'Homme.

Grâce à une approche multidimensionnelle dite intégrée, comprenant l'analyse des données de l'expression des gènes, la structure cérébrale et des marqueurs comportementaux, les chercheurs ont réussi à déterminer les âges correspondants entre les humains et les chimpanzés - sachant que ces derniers peuvent vivre en moyenne jusqu'à 30 ans. Une première étape pour comparer leur développement de manière concluante. Ils ont aussi appliqué la même méthode chez les souris et les macaques. Comme prévu, le rythme de maturation cérébrale des souris était plus rapide et les macaques présentaient des schémas de développement similaires à l'Homme.
 

<em>« Dans l'ensemble, nos études convergent pour démontrer un niveau surprenant de similitude dans la structure et le développement du cerveau entre les humains et les autres primates étudiés », </em>indique<em> </em>Christine Charvet.<em> </em>© Julien Tromeur, Adobe Stock
« Dans l'ensemble, nos études convergent pour démontrer un niveau surprenant de similitude dans la structure et le développement du cerveau entre les humains et les autres primates étudiés », indique Christine Charvet. © Julien Tromeur, Adobe Stock

Des similitudes dans l’ordre d'apparition des compétences 

Une autre recherche s'est intéressée cette fois-ci au développement comportemental des jeunes chimpanzéschimpanzés. Les chercheurs de l'Institut Max-Planck d'anthropologie évolutive de Leipzig ont pu cartographier un large éventail de compétences comportementales et déterminer à quel moment elles émergentémergent chez les jeunes chimpanzés sauvages.

Conclusion : durant les cinq premières années de leur vie, leur développement est comparable à celui des humains du même âge. La motricité globale commence alors à émerger vers quatre mois, les traits de communication à 12 mois, les capacités d'interaction sociale à 14 mois et la motricité fine à 15 mois. Cette étude, menée sur 19 bébés chimpanzés, a pu confirmer l'hypothèse des bénéfices différés, qui stipule qu'un développement prolongé est nécessaire pour acquérir les compétences des adultes. « De telles étapes du développement peuvent nous éclairer sur la maturation du cerveau », a suggéré l'auteure principale Catherine Crockford.