L'Onusida publie un rapport sur la prise en charge des patients séropositifs dans les pays en développement et leur taux d'incidence. Les nouvelles sont bonnes mais il reste bien sûr des progrès à accomplir.
Cela vous intéressera aussi
  • Pour tout savoir sur le Sida, consultez notre page dédiée 

Le nombre de séropositifs au VIHVIH pris en charge dans les pays en développement était estimé à 6,6 millions à la fin 2010. Selon le dernier rapport de l'Onusida, c'est donc... vingt-deux fois plus qu'en 2001. Autre bonne nouvelle, le taux d'incidenceincidence de l'infection a baissé de 25 %.

Toujours au chapitre des bonnes nouvelles, l'Onusida souligne que 420.000 enfants étaient sous antirétroviraux à la fin de l'année dernière, contre seulement 275.000 en 2008. Pour Michel Sidibé, directeur exécutif de l'agence, il est plus que jamais essentiel de maintenir l'effort. « Dans les dix prochaines années, l'accès au traitement transformera la riposte au Sida. Nous devons investir pour découvrir de nouvelles thérapiesthérapies. »

Depuis 2001, le taux d'incidence du Sida a diminué de 25 %. © DR

Depuis 2001, le taux d'incidence du Sida a diminué de 25 %. © DR

Continuer les efforts

Selon le rapport de l'agence, publié sous le titre Le SidaSida trente ans après : un tournant pour les nations, entre 2001 et 2009, le taux d'incidence du VIH a diminué de 25 % au niveau mondial. Ce n'est qu'une moyenne. Il a ainsi été réduit de plus de 50 % en Inde et de plus de 35 % en Afrique du Sud. Ce qui montre bien que des politiques déterminées peuvent être porteuses de résultats.

À la fin de l'année 2010, l'Onusida estimait à 34 millions le nombre de patients vivant avec le VIH. Depuis l'annonce du premier cas de la maladie il y a trente ans, celle-ci s'est trouvée à l'origine de 30 millions de décès. Et malgré des progrès tangibles, 9 millions de patients n'ont toujours pas accès aux traitements. Quant au nombre de nouvelles infections, il reste élevé : près de 7.000 chaque jour dans le monde.