Santé

Science décalée : Batman devrait se crasher malgré sa cape

ActualitéClassé sous :médecine , physique , science décalée

Batman, le superhéros de Gotham City, devrait vérifier son matériel avant de se lancer d'un gratte-ciel. Car sa fameuse cape, qui lui sert à planer, ne peut le préserver d'une chute mortelle lorsqu'il s'élance de 150 m de haut. Il a jusqu'au 25 juillet et la sortie du prochain opus en salle pour perfectionner son costume.

Batman est un superhéros né en 1939 de l'imagination de Bob Kane et Bill Finger. Sa longue cape est censée lui permettre de voler comme une chauve-souris. Mais selon les règles de la physique, elle ne l'empêche pas de s'écraser violemment contre le sol. © TCM Hitchhiker, Fotopédia, cc by nc nd 2.0

Pendant qu'on se questionne pour savoir si l'on peut rire de tout, quatre étudiants de l'University of Leicester prouvent qu'il est possible de rester sérieux même sur des sujets qui ne le sont pas. C'est ainsi que ces apprentis chercheurs ont sorti les calculettes et les formules mathématiques pour vérifier si Batman, le chevalier noir de Gotham City, pouvait compter sur sa cape lors de ses sauts du sommet de gratte-ciels. Les sinus et les cosinus ont tranché : il doit s'écraser et ne jamais se relever... Quand la fiction ne retranscrit pas la réalité scientifique !

Le contexte : The Dark Knight Rises bientôt au cinéma

Gotham City, une New York fictive, est la proie de menaces de la part de bandits et d'assassins. Un superhéros, Batman, veille sur la ville du haut de ses buildings et vole au secours de ses concitoyens. Dans le film Batman Begins (2005), l'homme chauve-souris s'élance d'un gratte-ciel et vole avec sa cape, construite dans un matériau intelligent qui, soumis à un champ électrique, se rigidifie, permettant au héros d'avoir dans son dos une aile digne d'un deltaplane.

À l'occasion du dernier film de la trilogie de Christopher Nolan, The Dark Knight Rises, dans les cinémas français le 25 juillet prochain, l'University of Leicester remet au goût du jour une publication parue en décembre dernier dans son Journal of Special Physics Topics, une revue interne réservée à des articles courts et originaux produits par les étudiants.

The Dark Knight Rises est le dernier volet de la trilogie réalisée par Christopher Nolan. Qu'arrivera-t-il à Batman ? Supportera-t-il la chute ? © Ian Muttoo, Fotopédia, cc by nc sa 2.0

Quatre d'entre eux y relatent leurs calculs sur les possibilités physiques d'un tel vol plané avec une cette cape. D'après les résultats, Bruce Wayne, milliardaire le jour qui entre dans son costume de justicier la nuit, a de quoi s'inquiéter : sa cape ne le ralentit pas assez lorsqu'il s'élance d'une tour de 50 étages et il risque de heurter le sol trop violemment pour se relever. Analyse de la chute d'un Batman.

L’étude : Batman ou la chute mortelle d’un superhéros

Le sujet ne paraît pas sérieux mais les calculs sont savants : sinus, cosinus, accélération, force de gravitation... Dans les premiers moments de l'étude, nos chercheurs en herbe se consacrent à la mesure de l'envergure de la cape de l'homme chauve-souris. Sachant que Bruce Wayne mesure 1 m 88, ils estiment à coups de triangulation que son aile dorsale est longue de 4,7 m d'une extrémité à l'autre, soit environ deux fois moins que celle d'un deltaplane.

Lorsque Batman se jette d'un gratte-ciel de 150 m de haut, ses 95 kg de muscles et l'attraction terrestre le propulsent à la vitesse de 110 km/h dans les premières secondes du vol avant que celle-ci ne redescende et se stabilise à 80 km/h. Après avoir plané sur une distance horizontale de 350 m (soit une très médiocre finesse de 350/150, c'est-à-dire 2,33), la collision avec le sol est violente, même pour un superhéros. Pour un être humain normal, c'est la mort assurée. Bruce Wayne ne devrait donc pas non plus survivre au choc, équivalent à celui d'un Homme heurté par voiture lancée à 80 km/h.

Les jeunes auteurs reconnaissent avoir négligé un détail qui pourrait avoir son importance : celui de la variation de l'angle de la cape au cours de la chute. Cela suffirait-il pour autant à épargner le justicier masqué ?

Très inquiets du sort de Gotham City sans son protecteur, les étudiants n'hésitent pas à donner des conseils à l'homme chauve-souris. « Si Batman veut survire à son vol, il doit s'équiper d'une plus grande cape. Ou s'il préfère garder son style intact, il peut opter pour l'utilisation d'un propulseur actif, comme un réacteur, pour se maintenir en altitude. » Christian Bale, l'acteur qui incarne le héros à l'écran, suivra-t-il ces conseils ?

Le wingsuit imite plutôt l'écureuil volant que la chauve-souris. Car si ce premier parvient à planer, cette seconde maîtrise le vol battu. Et n'a pas besoin de parachute... © The.one.eleven Wikipédia, DP

L’œil extérieur : le wingsuit, les capes modernes

Le fantasme de planer avec une cape remonte à plusieurs siècles. Certaines sources estiment que les Chinois de l'Antiquité se risquaient dans le vide avec un cerf-volant. Le modèle de la cape est plus récent et ne s'est pas toujours révélé fructueux. 

Il y a 100 ans par exemple, le 4 février 1912, le tailleur français Franz Reichelt voulait montrer l'efficacité de son costume parachute en se jetant du premier étage de la tour Eiffel. Des tests préalables avec des mannequins avaient pourtant de quoi le faire douter car le dispositif ne s'était pas avéré efficace. Lui-même avait déjà échappé à la mort en tombant sur des bottes de paille placées là pour sa sécurité. Après une quarantaine de secondes d'hésitation, l'Austro-Hongrois d'origine se jette de 58 m. Son costume se déplie mal et il heurte le sol à pleine vitesse. Il ne se releva jamais.

D'autres ont voulu l'imiter depuis, mais heureusement avec plus de succès. On peut penser à ces hommes volants vêtus de wingsuit qui se jettent des montagnes ou des buildings en planant parfois sur de longues distances, et qui atterrissent en toute sécurité à l'aide d'un parachute. À l'exception du cascadeur britannique Gary Connery qui le 23 mai dernier s'élançait d'un hélicoptère perché à 730 m d'altitude sans rien d'autre que sa combinaison wingsuit. Lancé à pleine allure, il atterrit dans un tas de cartons placés à cet effet. Il devient le premier base-jumper à ne pas se servir de parachute.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi