Santé

Un foie provisoire, par injection de cellules hépatiques, a guéri un bébé

ActualitéClassé sous :médecine , Cellule hépatique , maladie du foie

Des cellules hépatiques ont été injectées dans l'abdomen d'un nourrisson, permettant de remplir le rôle du foie pendant que celui-ci était soigné. Un espoir pour les malades du foie, dont la guérison dépend des dons d'organes.

Six mois après l'injection des cellules hépatiques, le foie du nourrisson a retrouvé presque toutes ses fonctions. © Carlos Arranz/shutterstock.com

Des médecins britanniques ont annoncé mardi avoir guéri un nourrisson atteint d'une grave maladie du foie grâce à un procédé consistant à lui injecter des cellules hépatiques dans l'abdomen, selon la BBC.

L'équipe médicale du London's King's College Hospital a traité le petit Iyaad Syed, agé de huit mois, en lui injectant un groupe de cellules hépatiques qui a fait fonction de foie provisoire pendant que son vrai organe se remettait des dommages causés par un virus, a précisé la BBC.

Les cellules injectées ont transformé les toxines en protéines, jouant le rôle d'un foie temporaire, pendant que son vrai organe recouvrait ses fonctions deux semaines plus tard.

Les cellules ont été traitées avec un procédé chimique afin de les empêcher d'être détruites par le système immunitaire du nourrisson.

Le foie, en rouge sur ce schéma, remplit trois fonctions : épuration, synthèse et stockage. © Wikipédia, DP

L'injection de cellules hépatiques pour pallier le don d'organe ?

« C'est la première fois que ce traitement est employé pour soigner un enfant atteint d'une maladie de foie aiguë, a déclaré le professeur Anil Dhawan, spécialiste des maladies du foie dans cet hôpital. Nous pensons que nous lui avons donné une nouvelle chance de vie et le voir maintenant six mois après avec des fonctions hépatiques pratiquement normales est remarquable », a ajouté le Pr Dhawan.

« Syed aurait normalement dû être placé sur la liste d'attente pour les transplantations du foie lorsque le sien a commencé à dysfonctionner, mais nous avons maintenant l'espoir que d'autres cas pourront être traités en utilisant cette nouvelle technique plutôt qu'en s'appuyant sur les rares possibilités de dons d'organe», a encore indiqué le professeur.

« Nous attendons les résultats d'essais cliniques complémentaires pour voir si elle peut devenir un traitement standard pour les adultes et les enfants », a déclaré à la BBC Andrew Langford, directeur du Britisch Liver Trust. Un espoir en effet, puisqu'une centaine de personnes meure chaque année au Royaume-Uni, par manque de donneurs de foie.

Cela vous intéressera aussi