Santé

Appareils ménagers : des nids à moisissures

ActualitéClassé sous :médecine , Maison , Exophalia dermatitidis

L'environnement chaud et humide des cafetières et lave-vaisselle par exemple, est propice au développement de moisissures. © Monkey Business Images/shutterstock.com

Selon une étude publiée, les appareils électroménagers peuvent être des nids à moisissures. Potentiellement dangereux, ces organismes ont, de plus, commencé à évoluer pour s'adapter au mieux à notre environnement. Pour eux, le lave-vaisselle n'est plus du tout mortel...

Des moisissures dangereuses pour l'Homme et ultrarésistantes peuvent élire domicile et prospérer dans certains appareils électroménagers d'apparence inoffensive, avertissent des chercheurs.

Avec leur environnement chaud et humide, les lave-vaisselle, cafetières électriques ou machines à laver présentent en effet les conditions idéales pour certains champignons résistants, qui peuvent parfois être toxiques pour leurs utilisateurs, selon une étude publiée dans le British Mycological Society journalFungal Biology. Même les températures élevées (60 à 80 °C) ou les produits chimiques agressifs utilisés (détergents, sels) dans les lave-vaisselle ne viendraient pas à bout de certains champignons.

Les experts ont analysé un échantillon de lave-vaisselle dans des familles de 101 villes différentes réparties sur tous les continents : 62 % abritaient des moisissures sur le joint en caoutchouc de la porte.

Et sur ces lave-vaisselle moisis, 56 % contenaient des spécimens d'Exophiala dermatitidis et d'Exophalia phaeomuriformis extrêmement résistants à la chaleur, aux substances chimiques et à l'acidité, une combinaison qui n'avait pas encore été observée à un tel degré jusqu'à présent, estiment les chercheurs.

Quels risques ?

Moisissure noire, l'Exophalia dermatitidis est généralement présente uniquement dans les milieux naturels et peut être impliquée dans des maladies pulmonaires ou de graves infections, heureusement peu fréquentes.

Selon l'étude, la présence de telles moisissures « extrêmophiles », c'est-à-dire se développant normalement dans des milieux d'ordinaire mortels pour les autres formes de vie, suggère que ces organismes ont entamé un processus d'évolution qui pourrait présenter un sérieux risque sanitaire dans le futur.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi