Le Truvada, commercialisé par le laboratoire américain Gilead, contient une combinaison d'antirétroviraux. © AFP Photo, Kerry Sheridan

Santé

Sida : le Truvada sera prescrit en centre de dépistage du VIH

ActualitéClassé sous :maladie , SIDA , VIH

Le traitement préventif du Sida, le Truvada, ne sera plus uniquement proposé à l'hôpital, comme c'est le cas depuis fin 2015. Le ministère de la santé annonce qu'il pourra aussi être prescrit dans les centres gratuits d'information et de dépistage.

Un arrêté publié dans le Journal Officiel de ce vendredi 10 juin autorise les médecins qui exercent dans les Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (les CeGIDD) à proposer le Truvada (du laboratoire américain Gilead) aux personnes les plus exposées et les moins réceptives aux outils classiques de prévention.

« Il n'a pas vocation à se substituer au préservatif, moyen de prévention prioritaire, efficace dans 99 % des cas contre le SidaA », rappelle la ministre de la santé Marisol Touraine dans un communiqué. Le même ministère avait, dès la fin 2015, autorisé la prescription du Truvada « de façon encadrée » à l'hôpital, ainsi que sa prise en charge à 100 %. La nouvelle mesure vient « compléter l'arsenal déployé par la ministre pour toucher les personnes les plus éloignées de la prévention et du dépistage », note le communiqué.

Il rappelle que les associations peuvent déjà réaliser des dépistages du Sida par des tests rapides d'orientation diagnostique (TROD). « Elles pourront proposer prochainement des autotests de dépistage gratuitement aux usagers, notamment dans les structures de prévention engagées dans la lutte contre le Sida », ajoute-t-il.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Contrefaçon : gare aux médicaments vendus sur Internet  La contrefaçon touche tous les secteurs, même celui des médicaments. Des copies imitent le nom et la forme des traitements existants mais ne contiennent pas de principe actif. Pire, certaines peuvent même être dangereuses. L’Institut de recherche anti-contrefaçon de médicaments (IRACM) nous en parle durant cette vidéo.