Papaver somniferum est à l’origine de la production d’opiacés utilisés en médecine humaine. © Daniel Prudek, Fotolia

Santé

Opium : le génome du pavot révèle ses secrets de fabrication

ActualitéClassé sous :génétique , opium , opiacés

Des chercheurs internationaux ont travaillé sur le génome du pavot à opium et ont trouvé comment la plante avait évolué pour produire des opiacés, aujourd'hui utilisés en médecine humaine. Cette recherche pourrait fournir de nouveaux outils pour améliorer la production de médicaments antidouleur.

Le pavot à opium Papaver somniferum produit des opiacés qui servent d'antidouleurs. Mais comment la plante a-t-elle évolué pour arriver à fabriquer ces molécules ? Pour le savoir, des scientifiques de l'université de York, du Wellcome Sanger Institute, de deux universités chinoises et d'une entreprise pharmaceutique australienne ont travaillé sur les voies génétiques de production de trois opiacés : un antitussif, la noscapine, et deux antidouleurs, la morphine et la codéine. Aujourd'hui, pour fabriquer ces opiacés, les industriels développent des approches de génie génétique : les gènes des plantes sont placés dans des micro-organismes, comme des levures, qui sont cultivées dans de grands fermenteurs.

Dans cette étude parue dans Science, les scientifiques ont reconstitué le génome du pavot, soit 2,7 milliards de bases réparties sur 11 chromosomes. Les séquences répétées représentaient 70 % de ce génome. Les chercheurs ont identifié une quinzaine de gènes codant pour des enzymes impliquées dans deux voies de biosynthèse de la noscapine et des précurseurs de la codéine et de la morphine.

Des réarrangements génétiques au cours de l’évolution du pavot

Au cours de l'évolution de la plante, des séries de duplications, de réarrangements et de fusions génétiques ont permis la production de nouvelles molécules. En particulier, les chercheurs ont identifié les gènes ancestraux responsables d'une fusion de gènes à l'origine d'une étape importante de la production des opiacés : cette fusion, qui a permis la formation de Storr, un gène clé pour la production de morphine, aurait eu lieu dans le génome du pavot il y a environ 7,8 millions d'années.

Dans un communiqué, Ian Graham, professeur à l'université de York, a expliqué « Depuis des décennies, les biochimistes sont curieux de savoir comment les plantes ont évolué pour devenir l'une des sources les plus riches de diversité chimique sur Terre. » Il ajoute « Notre étude a permis de comprendre comment cela s'est produit dans le pavot à opium. » Cette recherche devrait fournir de nouveaux outils pour fournir les « analgésiques les plus efficaces disponibles pour le soulagement de la douleur et les soins palliatifs ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L’opiorphine, le nouvel antidouleur pour remplacer la morphine ?  La prise en charge de la douleur fait partie du traitement des maladies. À ce jour, dans les cas de douleurs sévères, la seule solution est d’utiliser la morphine mais au prix de nombreux et importants effets secondaires. L’opiorphine pourrait avoir les mêmes vertus analgésiques que la morphine mais sans ses effets délétères pour le patient. L’Institut Pasteur a interviewé Catherine Rougeot, chef du laboratoire de Pharmacologie des régulations neuro-endocrines, afin d’en savoir plus sur le sujet.