Le dépistage organisé existe maintenant pour plusieurs cancers : cancer du sein, cancer colorectal, cancer du col de l’utérus. Pour mettre en place ce type de dépistage, il faut disposer d’un test simple à mettre en œuvre. Ce sera peut être bientôt le cas avec ce test sanguin de dépistage du cancer du foie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Helicobacter pylori, seule bactérie responsable de cancers gastriques L’estomac de la moitié de la population humaine mondiale est infecté par la bactérie Helicobacter pylori. Ce micro-organisme peut être à l’origine d’ulcères voire parfois de cancers gastriques. L’Institut Pasteur a interviewé Hilde De Reuse, chef de l’unité Pathogenèse de Helicobacter, afin de nous en apprendre un peu plus sur cette bactérie et sur les recherches de son laboratoire.

Le foie est un organe essentiel au bon fonctionnement de l’organisme : le pronostic du cancer du foie est particulièrement sombre. Ce cancer touche plus de 10 000 nouvelles personnes chaque année en France, dont près de 80 % d’hommes. Cette pathologie évolue souvent silencieusement, provoquant un retard au diagnostic et une perte de chance pour le patient.

Aujourd’hui, il n’y a pas de dépistage organisé du cancer du foie. Des échographies sont réalisées régulièrement chez les personnes à risque de développer la pathologie, c’est-à-dire les personnes ayant une maladie chronique du foie (cirrhose et hépatite virale). Cette stratégie permet d’améliorer la survie des patients mais demeure perfectible. Une équipe de recherche propose un test de dépistage du cancer du foie basé sur un prélèvement sanguin. Leurs travaux de validation du test ont été publiés dans Cancer discovery.

Le test sanguin permet de dépister le cancer du foie

Une étude a été menée : 724 individus vivant aux États-Unis, dans l’Union européenne ou à Hong-Kong ont été inclus. Ces personnes étaient soit atteintes d’un cancer du foie de type carcinome hépatocellulaire, soit étaient à risque d’en développer un (risque moyen ou haut risque). Le carcinome hépatocellulaire est la forme la plus fréquente de cancer du foie et représente 90 % des cas.

 Et si une simple prise de sang suffisait pour détecter le cancer du foie ? © magicmine, Fotolia
 Et si une simple prise de sang suffisait pour détecter le cancer du foie ? © magicmine, Fotolia

Des échantillons de plasmas sanguins ont été récupérés chez ces sujets et des millions de fragments d’ADN circulant ont été analysés. Le test de dépistage du cancer du foie mis au point par les auteurs a montré :

  • une sensibilité de 88 % et une spécificité de 98 % dans la population à risque moyen ;
  • une sensibilité de 85 % et une spécificité de 80 % dans la population à haut risque.

Voir aussi

Une simple prise de sang pourrait permettre la détection de 50 types de cancer

Pour rappel, la sensibilité d’un test est sa capacité à détecter la maladie chez les sujets malades. La spécificité est la capacité du test à détecter l’absence de maladie chez les sujets sains. Les résultats ont été confirmés dans une population indépendante.

Un test non invasif

Le test mis au point par les auteurs présente l’énorme avantage d’être non invasif et simple à mettre en œuvre à grande échelle. Un atout de poids quand on sait que l’incidence des cancers du foie ne cesse de croître. En effet, le principal facteur de risque de ce cancer est la consommation d’alcool, habituellement masculine, ce qui explique une prédominance chez les hommes.

Mais cette tendance s’efface peu à peu : le nombre de cancer du foie chez les hommes ne diminue pas tandis que le nombre de cancers du foie chez les femmes augmente beaucoup. Bien que le premier moyen de lutte contre le cancer du foie soit la prévention, ces nouvelles données apportent une lueur d’espoir dans cette pathologie particulièrement meurtrière.