Santé

Dépression : mieux vaut vivre seul que mal accompagné

ActualitéClassé sous :biologie , dépression , épisode depressif

Au cours d'une large étude menée sur dix ans aux États-Unis, des chercheurs ont établi un lien entre la qualité des rapports sociaux et l'apparition de la dépression. Ainsi, de mauvaises relations conjugales influenceraient fortement le déclenchement de cette pathologie, et les célibataires ne seraient pas les plus vulnérables.

Le peintre Vincent van Gogh s’est suicidé en 1890 après plusieurs années de dépression. © The Yorck Project, Wikimedia Commons, PD

Selon les estimations du ministère de la Santé, près de 20 % des Français connaîtront au cours de leur vie un épisode dépressif. Cet état de malaise peut conduire à une véritable dépression, se caractérisant par un profond désarroi et un manque de goût pour la vie. Bien qu'elle soit plus présente dans les pays développés, cette pathologie peut toucher n'importe qui, à n'importe quel âge et ce, toutes classes sociales confondues.

La dépression peut frapper brusquement, après un événement traumatisant, ou s'insinuer discrètement et lentement dans le quotidien, jusqu'à devenir chronique. Les symptômes ne sont pas seulement psychologiques, puisqu'une personne dépressive aurait plus de chances que les autres de développer un cancer ou un problème cardiaque. Des chercheurs américains de l'université du Michigan ont mené une large étude, afin d'analyser l'impact des relations sociales sur la dépression. Leurs résultats, décrits dans la revue Plos One, mettent en lumière le rôle fondamental des interactions humaines dans le développement de cette pathologie.

Selon cette étude, l’un des secrets d'une vie sans déprime serait d'être heureux en couple. © SalFalko, Flickr, cc by nc 2.0

Pour réaliser leur expérience, les scientifiques ont suivi près de 5.000 individus âgés de 25 à 75 ans, sur 10 années. Ils ont examiné le nombre et la qualité de leurs rapports sociaux, ainsi que leur état mental, tout au long de cette période. Leurs résultats montrent que les personnes vivant des tensions sociales, ou ne recevant pas de soutien de la part de leurs proches, ont plus de risque de souffrir d'une dépression. Les individus ayant les relations les plus mauvaises voient leur probabilité de tomber en dépression doubler ! Selon le psychiatre Alan Teo, directeur des travaux, cette étude est la première qui souligne clairement le lien entre rapport humain et dépression.

Une thérapie de couple pour prévenir la dépression ?

Cette expérience montre aussi que le soutien du conjoint et la qualité de la relation de couple jouent un rôle primordial dans l'équilibre de vie et la santé mentale. Les auteurs suggèrent donc aux couples en difficulté de recourir aux thérapies, non seulement pour sauver leur union mais également pour prévenir l'apparition de la dépression« En améliorant la qualité des relations conjugales, nous pouvons être en mesure de prévenir ou de réduire les effets dévastateurs de la dépression », explique Alan Teo.

Par ailleurs, l'étude met en évidence que les couples vivant une relation tourmentée sont plus susceptibles de développer une dépression que les personnes célibataires. Cela confirmerait-il le vieil adage, censé redonner le moral ou la raison, en nous assurant qu'il vaut mieux être seul que mal accompagné ? Restons cependant prudents dans les conclusions à tirer d'une telle étude. La dépression est une maladie très complexe, dont l'apparition est influencée par une variété de facteurs plus ou moins marqués.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi