Les échos de 'Curieux de Nature' de France Bleu

DossierClassé sous :zoologie , mouton , Australie

-

Tous les jours Allain Bougrain Dubourg fait des chroniques sur Radio Bleu : retrouvez ici : - une chronique sur le Mouton d'Australie

  
DossiersLes échos de 'Curieux de Nature' de France Bleu
 

France BLEU – 26 avril 2002

On savait que le mouton est à l'Australie ce que le pigeon est à Venise, mais on n'imaginait pas que les copains du Petit Prince pouvaient être considérés comme des denrées aussi rares que précieuses. Je veux parler de certains moutons qui ont, disons, "une laine au poil"

En effet, les fils de laine qui ont, très officiellement, été mesurés, font en moyenne 12,1 millième de millimètre de large. Par comparaison, nos vulgaires cheveux affichent une épaisseur dix fois supérieure.

Avantage de ces fils "extra fins": permettre d'obtenir une fibre de très haute qualitè utilisée pour fabriquer des costumes de luxe. Mais, cette laine exceptionnelle se mérite, ou plutôt, il faut faire le bonheur du mouton pour espèrer le nôtre !

C'est ainsi que les éleveurs australiens, spécialisés dans le haut de gamme, bichonnent leurs protégés pour obtenir la meilleure des toisons.

Au programme :

* de la musique diffusée toute la journée, allant du classique à la country

* un régime alimentaire sous haute surveillance

* et même des manteaux capables de protéger du vent et de la pluie.

Ajoutons un savant suivi génétique et l'on obtiendra le mouton parfait... ou presque. Ou presque, car, en moyenne, sur 30 000 moutons d'un élevage seuls 90 d'entre eux peuvent fournir la laine miraculeuse.

Autre précision : seuls les béliers castrés se montrent performants. Pourquoi ?

Tout simplement parce que la fibre de la brebis est soumise à des changements hormonaux !

Ainsi, une balle de laine de 94 kg, vendue aux enchères, peut atteindre plus de 54 000 dollars !

Quant à la fabrication des costumes, c'est plutôt en Italie que cela se passe.

Alors, si la toison d'or vous tente, sachez que la petite folie pourra atteindre jusqu'à 5 600 Euros le costume en laine !

"Dessine- moi un mouton" !!

France BLEU - 1er mai 2002

1er mai. C'est paradoxalement la fête du travail alors qu'en réalité, il s'agirait plutôt de la fête du repos ! Mais, peu importe : la question d'aujourd'hui est de savoir si, comme nous, les animaux s'octroient, eux aussi, un repos bien mérité.

La réponse est oui. Et elle se traduit le plus souvent par le sommeil, le champion en la matière étant le paresseux (bien nommé) avec 20 heures de sommeil par jour. Tandis que chez les insomniaques, c'est la musaraigne qui décroche la palme : elle ne dormirait jamais au cours de sa courte existence.

Mais, ce qu'il y a d'intéressant dans ce regard sur le sommeil des autres, c'est que, durant longtemps, on a pensé qu'il servait uniquement disons à récupérer. Or, on s'est aperçu récemment, qu'il pourrait avoir une autre fonction. En fait, l'intérêt du sommeil serait l'inaction ! En clair, les animaux sont certes vulnérables lorsqu'ils dorment, mais ils le seraient plus encore s'ils étaient éveillés.

De plus, lorsqu'un grand prédateur comme le lion, tombe dans les bras de Morphée, c'est évidemment un moment d'indispensable tranquillité pour la fragile gazelle. Autre réflexion qui vient enrichir l'hypothèse de l'inaction : lorsque leurs besoins sont satisfaits (boire et manger) les animaux subissent des périodes où ils ne peuvent être actifs : trop sombre, trop chaud, trop froid, etc.. mieux vaut donc, en pareil cas, qu'ils s'écroulent dans un profond sommeil plutôt que de ronger leur frein dans l'inactivitè.

Cela dit, pourquoi l'éléphant, qui ne craint pas les prédateurs, ne dort-il que 2 heures 1/2 par nuit ? Tout simplement en raison de son poids. S'il s'allonge sur le côté, ses organes internes s'écrasent et il doit donc se contenter de brèves périodes de repos.

Les biologistes qui ont élaboré cette théorie ne se prononcent pas sur l'homme avec ses 8 H de sommeil par nuit, mais une évidence s'impose : pendant que nous dormons, nous ne faisons pas d'inepties !