Les échos de 'Curieux de Nature' de France Bleu (2)

DossierClassé sous :zoologie , lacs , assèchement

-

Tous les jours Allain Bougrain Dubourg fait des chroniques sur Radio Bleu : retrouvez ici une chronique : - "La coupe est pleine : les lacs du Népal"

  
DossiersLes échos de 'Curieux de Nature' de France Bleu (2)
 

France Bleu - 29 avril 2002

"La coupe est pleine" c'est ainsi que l'on pourrait résumer la situation, plus qu'inquiétante, des lacs de l'Himalaya. Alors qu'ailleurs dans le monde on souffre dramatiquement du manque d'eau, du côté du Népal et du Bhoutan c'est, en effet, le trop plein d'eau qui pourrait affecter les populations. Pourquoi ?

Parce que le réchauffement de la planète n'est plus une simple hypothèse et que ses effets secondaires commencent à se concrétiser. En clair, les températures de la région sont en telle hausse que la fonte des lacs s'accélère comme jamais jusqu'alors.

C'est le programme des Nations Unies pour l'environnement qui vient de faire ce constat après une étude menée sur une cinquantaine de lacs. Or, les lacs en question se sont révélés saturés ou presque.

"Tout indique - précisent les Nations Unies - que si aucune mesure urgente n'est prise, n'importe lequel d'entre eux pourrait déborder dans un délai de 5 à 10 ans, avec des résultats catastrophiques sur les populations et les biens, sur des centaines de kilomètres en aval."

"Les conséquences pourraient être d'autant plus douloureuses que les lacs se trouvent à une altitude moyenne de 4 000 mètres et qu'en se déversant, l'eau prendrait de la vitesse et emporterait tout sur son passage" ajoutent les experts pour souligner la gravité de la situation.

Alors, que faire ?

Et bien certains lacs du Népal sont déjà sous haute surveillance : un réseau ultra moderne de communication par capteurs et sirènes relie désormais les plans d'eau aux villages menacés par les crues, tandis que des travaux sont en cours pour diminuer de 30 mètres le niveau d'un lac.

Mais, il s'agit là d'actions ponctuelles alors que le problème est beaucoup plus vaste.

La Chine, le Pakistan et l'Inde ont décidé de s'investir dans ce nouveau combat contre-nature. Tandis qu'ailleurs dans le monde certains croient toujours que l'effet de serre n'est qu'une vue de l'esprit !