Planète

Orang outan

DéfinitionClassé sous :zoologie , singe , primate
Photo d'orangs outans. © Nino Verde, CC by SA 3.0

Orang outan de Bornéo (Linnaeus 1760) - Pongo pygmaeus   

  • Ordre : Primates
  • Sous-ordre : Haplorrhini
  • Infraordre : Simiiformes
  • Superfamille : Hominoidea
  • Famille : Hominidae
  • Sous-famille : Pongidae
  • Genre : Pongo
  • Taille : 0,90 à 1,40 m (envergure des bras 2,20 m)
  • Poids : 40 à 90 kg
  • Longévité : 30 à 40 ans

Statut de conservation UICN : EN En danger

Description de l’orang outan de Bornéo

L'orang outan, dont la traduction en malais signifie « homme de la forêt », est un grand primate aux longs poils roux et hirsutes. La face, la paume des mains et la plante des pieds sont glabres. Les narines sont renfoncées et les lèvres proéminentes. Le dimorphisme sexuel est marqué car les mâles arborent des bourrelets aux joues qui leur confèrent un aspect lunaire, et une impressionnante poche laryngale. Les oreilles sont petites et à peine visibles au travers de la toison. Son corps rond et massif est muni de bras très longs et de pattes postérieures courtes et arquées qui sont caractéristiques des singes arboricoles. Les membres sont équipés de mains préhensibles aux pouces opposables équipés d'ongles. Il ne possède pas de queue.

Orang outan de Bornéo. © Eric Kilby, CC by SA 2.0

Habitat de l’orang outan de Bornéo

Alors que par le passé, on pouvait trouver l'orang outan dans le sud-est asiatique et dans le sud de la Chine, le primate ne vit plus qu'en Indonésie et en Malaisie, dans les îles de Bornéo (Pongo pygmaeus) et de Sumatra (Pongo abelii). Il évolue dans les arbres des forêts tropicales humides depuis la plaine jusque dans les montagnes à 2.000 mètres d'altitude.

Type de forêt dans laquelle évolue l'orang outan. © Tbachner, domaine public

Comportement de l’orang outan de Bornéo

Contrairement à ses cousins africains, l'orang outan est un animal plutôt solitaire en dehors de la phase de reproduction, et très territorial sauf dans les cas de regroupements en raison de l'abondance de fruits. Si l'on excepte les vocalisations du mâle dont les cris peuvent s'entendre à plus d'un kilomètre, c'est un animal discret qui vit en fonction du soleil. Il construit chaque jour un nid différent dans les frondaisons et consacre la matinée à la recherche de nourriture. Le reste du temps, il parcourt son espace vital à la recherche de fruits. Il pratique également de longues siestes lors des heures chaudes de la journée. Il est capable, lorsque sévissent les averses tropicales, d'arracher de larges feuilles pour s'en faire une sorte de parapluie afin de se protéger. Ce n'est pas toujours très efficace, mais ce geste ainsi que l'utilisation de feuilles pour amplifier les vocalisations, démontrent que l'animal possède une culture. 

Dans les frondaisons. © Nomo michael hoefner, CC by SA 3.0

Reproduction de l’orang outan de Bornéo

L'orang outan atteint sa maturité sexuelle entre sept et dix ans. La femelle donne naissance à un petit unique au terme d'une gestation de 260 à 270 jours. Le petit reste avec sa mère pendant au moins six ans, qui représente le délai minimum pour que cette dernière puisse être fécondée à nouveau. Le petit ne sait pas s'agripper aux poils de sa mère les premiers mois et c'est elle qui doit le porter tout en se déplaçant. Ce qui n'est pas toujours aisé. Au bout du quatrième mois, le juvénile commence à explorer son environnement et à grimper aux branches. Le jeune est sevré vers trois ans et demi et commence alors à prendre davantage d'indépendance. Ses liens avec sa mère restent très forts jusqu'à ce qu'il soit en âge de se reproduire. 

Bébé orang outan. © Oliver Spalt, GNU FDL Version 1.2

Régime alimentaire de l’orang outan de Bornéo

Essentiellement arboricole, l'orang outan se nourrit surtout de fruits. Lorsque ceux-ci sont moins abondants, le singe s'alimente également de jeunes pousses, de petits invertébrés, d'œufs d'oiseaux, de miel et d'insectes.  

Orang outan mâle. © Eleifert, GNU FDL Version 1.2

Menaces sur l’orang outan de Bornéo

L'orang outan est menacé par la déforestation pratiquée pour remplacer la forêt primaire par des plantations de palmiers à huile, de théiers et de caféiers. Le braconnage et la capture de jeunes pour alimenter des collections privées ou des particuliers représente la deuxième cause de réduction des effectifs. De nombreux pays asiatiques pratiquent le trafic d'orangs outans à des fins touristiques. En Thaïlande par exemple, un zoo dans lequel ont été saisis 110 primates capturés dans la jungle (analyses ADN à l'appui), orchestrait des combats de boxe d'orangs outans à l'intention des touristes... Le déclin des populations est estimé à 50 % ces soixante dernières années, car 80 % de son territoire a été détruit. Et au rythme de l'exploitation souvent illégale des arbres (les exploitants n'hésitent pas à s'engager largement dans les parcs nationaux), l'espèce aura disparu à l'état sauvage dans une ou deux décennies. 

Femelle orang outan et un jeune. © su neko, CC by 2.0

Le saviez-vous ?

Il existe une autre espèce, l'orang outan de Sumatra (Pongo abelii) découvert par Lesson en 1827 dont le régime alimentaire est davantage frugivore et insectivore, et qui se déplace plus dans les arbres que son cousin. Il est également plus sociable que l'orang outan de Bornéo, mais malheureusement classé en danger critique d'extinction.

De la même manière que ses deux consœurs primatologues, Biruté Galdikas fut choisie par le paléoprimatologue Louis Leakey pour étudier les orangs outans. Elles ont toutes trois reçus le surnom de « Anges de Leakey » qui fut leur mentor. Biruté Galdikas a consacré sa vie à l'étude de ces grands primates roux. Elle a recensé plus de 400 types d'aliments consommés par les orangs outans, a élucidé les principes de leur organisation sociale et la façon dont ils s'accouplaient. En 1986 elle créa l'OFI (Orangutan Foundation International) destiné à soutenir financièrement ses travaux de protection du singe.

Orang outan mâle. © David Arvidsson, CC by 2.0

Selon une légende indonésienne, l'orang outan est doué de la parole. Cependant, à la différence de l'Homme, il aurait eu la sagesse de ne jamais parler, pour ne pas être obligé de travailler...

Ci-dessous, les principaux parcs où l'on peut observer des orangs outans. 

Kalimantan :

  • Parc national de Kutai ;
  • Parc national Tanjung Puting.

Sumatra :

  • Parc national de Gunung Leuser (Sanctuaire de Bukit Lawang).

Malaisie :

  • Parc national de Bako ;
  • Sanctuaire de Semenggok (Sarawak) ;
  • Parc national de Taman Negara ;
  • Centre de Sepilok (Sabah) ;
  • Sanctuaire de Bukit Merah.
Cela vous intéressera aussi