Petite troupe d'oies empereurs accompagnée d'une oie à tête barrée. Sans être fréquentes, les hybridations peuvent se réaliser dans les zoos entre ces deux espèces. © Patrick Straub

Planète

Oie empereur

DéfinitionClassé sous :zoologie , oie , ansériforme

Oie empereur (Sevastianov 1802) – Chen canagica

  • Ordre : ansériformes
  • Famille : Anatidae
  • Genre : Chen
  • Taille : 0,65 à 0,90 m (envergure 1,10 à 1,30 m)
  • Poids : 2,5 à 2,8 kg
  • Longévité : 12 à 15 ans

Statut de conservation UICN : NT, Quasi menacé

Description de l’oie empereur

Le plumage de l'oie empereur semble constitué d'écailles grisées sur l'ensemble du corps jusque sur le cou à la limite de la mandibule inférieure, à l'exception de la tête, des joues, de la nuque et de l'extrémité de la queue, qui sont blanches. L'extrémité de son bec rosé et court est noire, et ses pattes palmées sont orange. Les deux sexes sont semblables.

Oie empereur. Le mâle et la femelle de cette espèce possèdent le même plumage. © Patrick Straub

Habitat de l’oie empereur

L'oie empereur fréquente principalement la toundra des milieux côtiers du nord-est de la Sibérie et de l'Alaska. Elle nidifie à proximité des lacs et des lagunes. Elle hiverne sur les îles Aléoutiennes, sur les côtes rocheuses riches en champs d'algues et en vasières.

Comportement de l’oie empereur

L'oie empereur est un peu moins grégaire que les autres espèces et semble se déplacer en groupes familiaux. Comme c'est une espèce côtière, elle fréquente peu ses cousines ou d'autres ansériformes. Migratrice, c'est une oie qui vole relativement bas. Les adultes nicheurs muent sur les lieux de reproduction, alors que la plus grande partie des populations non nicheuses perdent leurs plumes sur l'île Saint-Laurent en Alaska ou sur les îles de la mer des Tchouktches en Sibérie. Lors de la période de reproduction, la tête de l'oie se colore étrangement de rouge orangé, à cause d'une forte concentration d'oxyde de fer présente dans les zones de marées.

Oie empereur à Ocean Shores, dans l’État de Washington. © kat+sam, Flickr, cc by 2.0

Reproduction de l’oie empereur

L'oie empereur se reproduit en petites colonies éparses. La femelle construit son nid dans une dépression du sol qu'elle tapisse d'herbe, de plumes et de duvet. Elle dépose en moyenne cinq œufs blanc crème qu'elle couve seule entre 24 et 25 jours, sous la garde vigilante du mâle. Les poussins sont nidifuges et quittent le nid le jour même de l'éclosion. Ils sont capables de marcher et de nager quelques heures après avoir vu le jour. Ils acquièrent leur plumage au bout de 50 à 60 jours. Les juvéniles deviennent matures sexuellement vers deux ou trois ans.

Oie empereur sur son nid. © Tim Bowman USFWS, Wikipédia, DP

Régime alimentaire de l’oie empereur

L'oie empereur se nourrit de végétaux principalement aquatiques qu'elle trouve dans les plans d'eau sur ses sites de nidification, et dans les champs d'algues et les vasières du littoral sur les zones rocheuses où elle passe l'hiver. À l'automne, elle mange également des baies et ingère également des mollusques et des crustacés le long des côtes.

Menaces sur l’oie empereur

Bien que les effectifs d'oies empereurs avoisinent les 85.000 individus, l'espèce est menacée par les modifications climatiques, les atteintes à son environnement, la chasse et les risques de pollution aux hydrocarbures sur son aire de répartition assez limitée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi