La crise mondiale de coronavirus pourrait ne pas avoir que des conséquences fâcheuses. Il y a quelques jours, déjà, les chercheurs annonçaient que les émissions de CO2 avaient chuté en Chine suite aux mesures de confinement. C'est ensuite du côté des émissionsémissions de dioxyde d'azoteazote (NO2) qui ont diminué au-dessus de l'Italie.

En parallèle, on apprend aujourd'hui que les canaux de Venise, généralement troubles, apparaissent aujourd'hui plus clairs qu'ils n'aient jamais été de mémoire d'Homme. Depuis la mise en place des mesures de confinement dans le pays, l'absence de bateaux convoyant des foules de touristes a permis aux sédimentssédiments de se déposer au fond de l'eau. Laissant apparaître des poissonspoissons et ramenant quelques cygnes.

Saurons-nous tirer les enseignements de cette crise et limiter à l'avenir l'impact touristique sur notre environnement ? La question demeure...