Les araignéesaraignées ajoutent encore une corde à leur arc pour nous effrayer. Une nouvelle étude parue dans les PNAS décrit ainsi comment l'espèceespèce Hyptiotes cavatus originaire d'Amérique du Nord transforme sa toile en catapulte pour capturer ses proies. L'araignée propulsée en avant subit alors une accélération pouvant culminer à 772,85 mètres par seconde carré, soit environ 80 g, à faire pâlir les pilotes de chasse, qui encaissent jusqu'à 9 g, ou les astronautesastronautes, qui endurent typiquement 3 à 4 g au cours du lancement d'une fusée. Les chercheurs ont vérifié par des modélisationsmodélisations que cette considérable accélération provenait bien de l'énergieénergie accumulée dans la toile tendue par l'araignée, et non de l'utilisation de ses muscles pour sauter.

Pour observer le comportement de chasse de l'araignée, les chercheurs ont utilisé des caméras à haute vitessevitesse. Cette araignée tisse sa toile en y ajoutant un fil sur lequel elle tire en arrière, « comme on utiliserait ses bras pour tendre la corde d'un arc », explique la première auteure de l'étude dans un communiqué. Elle tire d'un côté avec ses pattes avant et se fixe de l'autre avec ses pattes arrière enroulées dans de la soie. Elle peut rester ainsi sur le qui-vive pendant des heures avant de se détacher brusquement de son point d'ancrage lorsqu'un insecteinsecte a le malheur de se poser sur la toile. Cette dernière est projetée en avant sur quelques centimètres, en même temps que l'araignée, et les fils de la toile se referment sur la proie, à la manière d'un fusil à filet.