Du 2 au 13 septembre, plus de 3.000 personnes sont rassemblées à New Delhi dans le cadre de la COP14 contre la désertificationdésertification. La première convention de ce genre a eu lieu en 1992. Depuis, la situation ne s'est pas améliorée : non seulement trois hectares de terresterres émergées sur quatre sont altérés par les activités humaines mais un tiers des terres pourraient devenir désertiques si les dégradations ne cessent pas d'ici 2030.

Présentation de la COP14 réunie en ce moment à New Delhi. © Down To Earth, YouTube

En cause, on trouve la déforestationdéforestation et l'agricultureagriculture intensive. Elles mènent en effet à une détérioration de la qualité des terres, ce qui empêche l'eau de pénétrer l'humushumus et il s'assèche. Inévitablement, la diversité de la microfaune du sol s'appauvrit, diminuant la fertilité du champ. Petit à petit, la terre devient désertique et donc impossible à cultiver. Un phénomène qui menace la sécurité alimentaire mondiale.

Pour le contrer, les représentants des 196 pays présents à la COP14 doivent s'accorder sur une stratégie et des objectifs communs, notamment celui de « neutralité de dégradation des terres ». La priorité étant de passer d'une utilisation prédatrice des biotopesbiotopes à une utilisation résiliente.