Les chercheurs de la Nasa ont découvert des trous de glace mystérieux en mer de Beaufort. © John Sonntag, Operation IceBridge, Nasa

Planète

D’étranges trous dans la glace de l’Arctique : même la Nasa ne comprend pas

ActualitéClassé sous :Terre , Arctique , Glace

Dans le cadre de la mission IceBridge, des chercheurs de la Nasa ont photographié d'étranges motifs circulaires autour de trous dans la glace de l'Arctique. Leur origine reste un mystère.

C'est quelque part dans la mer de Beaufort, à quelques dizaines de kilomètres au nord-ouest du delta du fleuve Mackenzie, que le cliché a été pris. On y découvre plusieurs trous de glace aux formes mystérieuses. « Je ne me souviens pas avoir vu ce genre de chose ailleurs », raconte John Sonntag, le chercheur de la Nasa, responsable de la découverte dans le cadre du programme IceBridge.

Sur la base de seules photos et observations satellites distantes, difficile de comprendre vraiment ce qui a pu causer ces trous de glace et les motifs qui les accompagnent. Pour l'heure, une seule chose semble acquise : dans cette zone, la couverture de glace est mince et souple. Mais les spéculations vont bon train.

Dix ans que les chercheurs de la Nasa surveillent le secteur et ils n’avaient encore jamais observé ce type de motifs dans la glace. Ils ressemblent cependant à ce trou laissé par un phoque après y avoir repris son souffle. © Peter Prokosch, grida.no

Un phénomène naturel

Ainsi ces trous auraient tout simplement pu être dessinés par des phoques brisant cette mince épaisseur de glace pour prendre leur respiration. Les phoques annelés et les phoques du Groenland, notamment, ont cette habitude. Les motifs qui apparaissent autour des trous, quant à eux, pourraient résulter de la formation de vagues d'eau au-dessus de la glace au moment où les phoques en question font surface.

Ces trous pourraient également avoir été formés naturellement, par convection. Par des sortes de suintements de sources chaudes, pourquoi pas. Ou alors par des eaux chaudes provenant des courants ou du fleuve Mackenzie et se retrouvant à la surface sous l'effet d'une topographie particulière, à l'image de ce qu'il se passe pour les polynies.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La banquise hivernale arctique de 2017 était la plus petite jamais observée  Comme on peut le voir dans cette vidéo de la Nasa, l’expansion de la banquise hivernale a atteint son paroxysme le 7 mars dernier. La surface de mer couverte de glace fut alors la plus basse jamais mesurée lors d'un maximum saisonnier. Les zones grises plus foncées traduisent une couverture glacée plus fine qu’ailleurs, donc plus fragile. La banquise estivale, fin septembre 2016, était à un niveau très bas. L’hiver a eu ensuite du mal à s’installer. Aux antipodes, la banquise estivale autour de l’Antarctique était aussi à un niveau historiquement bas.